Musique: les artistes appellent au respect de leurs droits

Le syndicat camerounais des musiciens avait cette préoccupation au centre d’une rencontre mercredi dernier à Yaoundé.

Le Syndicat camerounais des musiciens s’est donné rendez-vous le 14 novembre dernier à Yaoundé. Au cœur de cette rencontre tenue au Palais des sports, de nombreux points étaient inscrits à l’ordre du jour. Entre autres, sujets abordés, l’engagement des artistes à exercer les droits civiques reconnus à chaque citoyen camerounais.

Réunis autour de Roméo Dika, président du SYCAMU, les artistes ont évoqué les raisons de leur engagement aux côtés du président Paul Biya, car, d’après Roméo Dika, « il est le seul à faire une offre claire aux artistes, aux arts et à la culture. » Selon le président du SYCAMU, la conférence a également été convoquée pour remercier le président de la République à cet effet.

Autre élément questionné par le SYCAMU, le développement de ce qu’ils ont appelé : « ethno fascisme dictatorial », décrivant ainsi l’attitude de ceux qui ont lancé une fatwa contre des musiciens, les empêchant ainsi de se produire sur certaines scènes à l’étranger.

La réaction des artistes « victimes », se confondant en excuses pour les uns et en répliquant par des propos violents pour les autres, a également été condamnée.

Roméo Dika revient sur cette situation qui prévaut en ce moment dans le milieu musical au Cameroun.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie