Emprunt obligataire: 200 milliards autorisés

La Commission des marchés financiers a autorisé l’Etat à accepter ce montant, sur les 207 milliards collectés entre le 29 octobre et le 9 novembre dernier.

La Commission des marchés financiers (CMF), garant de l’emprunt obligataire ECMR 5,6% net 2018-2023 a finalement rendu sa copie. Depuis mercredi dernier, elle a autorisé l’Etat du Cameroun à aller au-delà des 150 milliards de F sollicités sur le marché des titres. En effet, au terme des travaux de la commission de dépouillement des souscriptions qui ont eu lieu le 12 novembre dernier à Douala, il ressort que l’emprunt obligataire lancé le 29 octobre dernier a permis de collecter 204 218 290 000 (deux cent quatre milliards trois cent dix-huit millions deux cent quatre-vingt-dix mille) de francs.

Soit 136% de souscriptions, selon le communiqué rendu public par le consortium des prestataires de services d’investissement constitué d’Afriland First Bank, EDC Investment Corporation et Société générale Cameroun.

Selon la CMF, l’Etat a sollicité une « option de surallocation portant sur cinq millions d’obligations d’une valeur de cinq milliards de francs, portant à 200 milliards le total des fonds levés au titres de l’émission ECMR 5,6% net 20182023 ». Ce que le gendarme camerounais des marchés financiers a autorisé. Dans son communiqué de circonstance, Jean Claude Ngbwa, président de la CMF, souligne que « le produit additionnel de cette surallocation, en plus d’accroître la participation de l’Etat dans les financements des projets initialement mentionnés dans la note d’information, est destiné à d’autres projets d’infrastructures inscrit dans le budget d’investissement de l’Etat du Cameroun au titre de l’exercice 2018 ».

Huit projets dans les secteurs de l’électricité et des routes vont ainsi bénéficier d’enveloppes, soit pour le lancement des travaux, soit pour la continuation. Il s’agit du projet de barrage hydroélectrique Nachtigal-amont (24,1 milliards de F), la Société national d’électricité (cinq milliards de F), les autoroutes Yaoundé-Douala (cinq milliards) et Yaoundé-Nsimalen (quatre milliards). 3,9 milliards seront utilisés pour le désenclavement des bassins de productions, alors que 2,9 milliards sont destinés aux travaux de la route Bonepoupa-Yabissi.

Les deux milliards réservés au bitumage de l’axe Nkolessong-Nding et la bretelle Nanga-Bifogo, viennent boucler la répartition des 50 milliards de plus obtenus.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie