Santé de la reproduction: ça s'améliore

C’est ce qui ressort de la deuxième session du Comité de suiviévaluation dudit programme tenue le 20 novembre dernier à Yaoundé.

Bonne nouvelle pour les membres du Comité de suivi-évaluation du Programme d’accès aux services de la santé de la reproduction (PAR-SR). Le projet qui porte des fruits depuis plus de trois ans passe à la vitesse supérieure. Ayant fait de la lutte contre la mortalité maternelle et infantile leur cheval de bataille dans les régions du Septentrion et de l’Est, le gouvernement camerounais et la Banque de développement allemande (KFW), partenaires financiers et techniques du PAR-SR viennent en effet de marquer leur accord pour le prolongement du processus qui jusqu’ici est à sa première phase. C’est du moins ce qui ressort de la deuxième assise du Comité de suivi-évaluation dudit programme présidée par le secrétaire général du ministère de la Santé publique, Sinata Koulla Shiro, le 20 novembre dernier à Yaoundé.

Avant la mise en place de la phase 2, les deux partenaires financiers ont accepté de poursuivre le projet au-delà de mars 2019, période prévue pour la fin du programme. Aussi, ils ont accordé aux prestataires de réinjecter les recettes issues du programme y compris le reliquat de la phase en cours pour étendre le projet jusqu’en mars 2020.  En rappel, la première phase devait s’exécuter d’avril 2015 à mars 2019. « Ce qui donne le temps aux deux partenaires financiers de finaliser les différents accords de protocole pour qu’une phase 2 puisse commencer. La phase 1 était d’une durée de quatre ans. On espère que cette nouvelle phase aura la même durée de quatre ans », a expliqué Salifou Compaoré, responsable régional du  PAR-SR.

Cela dit, le programme affiche un bilan plus que reluisant. Ceci avec 377 formations sanitaires privées et publiques enrôlées sur 400 visées et un taux de plus de 50% de réduction de la mortalité maternelle et infantile dans les régions ciblées par le programme. En guise de rappel, le PAR-SR financé à hauteur de plus de 10 millions de F est mis en œuvre par l’Association camerounaise pour le marketing social  et la Cameroon National Association For Family WelFare (CAMNAFAW). Il vise à contribuer à la réduction de la mortalité maternelle en mettant des produits et des services de la planification familiale de qualité et de la survie de l’enfant à la portée de femmes en âge de procréer dans les régions du Septentrion (Adamaoua, Nord et Extrême-Nord) et de l’Est. Les domaines d’intervention étant la planification familiale, des soins après avortement et l’élimination de la transmission du Vih/Sida de la mère à l’enfant, entre autres.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category