Justice militaire: des magistrats formés au droit international humanitaire

Des magistrats militaires des dix juridictions du Cameroun et leurs collègues en service à la direction de la Justice militaire se sont séparés avant-hier à Yaoundé au terme d’un séminaire de formation de trois jours en Droit international humanitaire (DIH). Organisés conjointement par le ministère de la Défense et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), ces trois jours d’échanges ont porté sur des questions relatives aux droits de l’homme et particulièrement à la dignité humaine dans un environnement marqué par la résurgence des conflits armés et la montée en puissance du phénomène du terrorisme. Animés par une équipe d’experts composée de représentants du CICR, d’éminents enseignants d’université et des acteurs de la justice, les travaux de Yaoundé ont démontré que la justice militaire au Cameroun contribue à la promotion du droit international humanitaire. Celle-ci se traduisant par la publication de manuels y relatifs et la formation du personnel militaire en la matière. Les participants ont également relevé l’urgence de travailler à l’élaboration des textes réprimant la piraterie maritime, les crimes de guerre, de génocide et aimes contre l’humanité. D’après eux, l’arsenal juridique doit être complété en droit interne par l’édiction des sanctions d’autant plus que les conventions internationales en ces matières ne peuvent être di rectement, en l’état, être intégrées dans le droit interne du Cameroun.

L’intérêt affiché par l’audience aux discours des experts indique que l’objectif a été atteint», s’est réjoui Markus Brudermann, chef de la délégation du CICR. En sa qualité de représentant du ministre délégué à la présidence chargé de la Défense, empêché, le directeur de la Justice militaire, Jean Legrand Mvondo Akoutou a souligné l’importance que la hiérarchie militaire attache au respect des droits de l’homme.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category