Malformations congénitales urologiques: Des interventions chirurgicales pour 21 patients

La 14e édition de la campagne gratuite lancée le 22 novembre dernier et va s’achever demain 4 décembre à l’Hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé.

René Andy E. lit à haute voix son livre d’anglais de Class One sur son lit d’hospitalisation sans se soucier du bandage apposé sur ses parties génitales. Tout se passe sous le regard et la mine souriante de sa mère. Christelle E. n’en croit toujours pas ses yeux. Venue de Zoétélé, une localité de la région du Sud, avec son petit garçon, elle avait à cœur cette opération à l’Hôpital gynéco obstétrique et pédiatrique de Yaoundé (HGOPY). Comme de nombreux autres malades, ils ont fait le déplacement de la capitale dans le cadre de la 14e campagne chirurgicale gratuite des malformations congénitales urologiques et des organes génitaux. René Andy E. a subi une intervention chirurgicale au niveau de son appareil génital dans de bonnes conditions, le 26 novembre dernier. Agé de six ans, l’enfant n’a plus de problèmes génitaux et ses parents peuvent dormir tranquille. « Mon enfant est né avec une malformation génitale. Les médecins avaient des difficultés pour déterminer son sexe. Au départ, nous avons pensé à la sorcellerie jusqu’à ce que la providence divine nous conduise à cette campagne », confie la jeune maman soulagée. « C’est une initiative à louer. On nous avait fait comprendre que ce n’était qu’à l’extérieur que la chirurgie était possible. Mais grâce à HGOPY et au prix de rien, la malformation n’est plus qu’un mauvais souvenir. Et je conseille aux parents dont les enfants souffrent de malformations génitales de se rapprocher de cet hôpital sans avoir honte au lieu de tout mystifier », ajoute notre interlocutrice.

Cette joie contagieuse s’est répandue à tous les parents d’enfants sont opérés depuis le début de cette 14e campagne effectuée à HGOPY, en partenariat avec l’Association Children Action. A la manœuvre, le personnel médical franco-suisse assisté par une équipe camerounaise dans la perspective du transfert des compétences. Sont concernés les enfants de 0 à 18 ans, préalablement présélectionnés. Pour Sophie Dahoun, généticienne, le travail en amont est d’effectuer des prélèvements de chaque malade dans un échantillon pour des analyses en Europe. Une fois que ces échantillons sont disponibles à HGOPY, la chirurgie peut être faite. Sauf que la difficulté réside dans le trop-plein des patients qui ne favorisent pas la prise en charge de ces malades au même moment. « C’est une chirurgie qui dure quatre à six heures. C’est pour cette raison que nous prenons très peu de malades. Les campagnes se font deux fois par an », explique le personnel médical. Cette campagne qui s’achève ce 4 décembre  est un moyen de sensibiliser les parents qui gardent encore leurs enfants malades à la maison.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category