RDC: La campagne présidentielle vibre

Les principaux candidats déploient d’importants moyens de séduction des électeurs en vue du scrutin du 23 décembre prochain.

 La République démocratique du Congo vibre au rythme d’une campagne électorale mouvementée marquée par des meetings populaires à moins de trois semaines des élections générales. La présidentielle qui constitue le principal enjeu de ce scrutin, cristallise les regards. Les dix-neuf candidats en lice parcourent ce vaste pays. Mais, le trio de favori est constitué d’Emmanuel Ramazani Shadary, candidat de la majorité au pouvoir, de Martin Fayulu et de Félix Tshisekedi. Chacune de ces trois têtes d’affiche de la RDC y va de ses moyens et de sa stratégie. Après son entrée officielle en scène dimanche au quartier populaire du Camp Luka à Kinshasa, Félix Tshisekedi est annoncé ce mardi à Goma dans le Nord-Kivu à l’est du pays. Au cours de cette première étape, bras dessus, bras dessous avec son allié de l’Union nationale pour le Congo (UNC), le président de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) a, dans un bilan des années Kabila Kabange, tenu à dénoncer le malêtre des habitants de ce coin de la capitale congolaise.

Soutenu par Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, Martin Fayulu gagne chaque jour en notoriété. Les deux poids lourds ont mis à sa disposition leurs hommes de main pour créer la surprise le 23 décembre prochain.  Avec un Pierre Lumbi, ancien conseiller spécial de Joseph Kabila et aujourd’hui président du G7, regroupement politique des frondeurs de la majorité au pouvoir dirigé par Moïse Katumbi, et de Eve Bazaiba, secrétaire générale du Mouvement de libération du Congo (MLC) de Jean-Pierre Bemba, M. Fayulu a de quoi faire peur au camp d’en face. Dans son déploiement, un conglomérat de ténors de l’opposition congolaise, à l’instar d’Olivier Kamitatu,  d’Antoine Gabriel Kyungu wa Kumwanza, de Salomon Idi Kalonda Della, Désiré Mbonzi wa Mbonzi, Fidèle Babala ou Alex Dende alias Lexxus Legal mouillent le maillot pour une alternance au sommet de l’Etat. Dans le camp du pouvoir, on ne lésine non plus sur les moyens. Tout est mis à contribution pour assurer à Emmanuel Ramazani Shadary une victoire éclatante le jour du scrutin. Le candidat du pouvoir qui a séjourné des jours durant dans l’ex-Katanga minier a promis une lutte sans merci contre la corruption. «Au cours de notre mandat, un agent de l’État qui se livre à la corruption sera jeté dans la prison », a-t-il annoncé au cours d’un meeting populaire à Kalemie, la capitale du Tanganyika.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category