Prévention des crises civiles à l’Extrême-Nord: des parlementaires allemands sillonnent la région

Ils y sont depuis lundi 3 décembre 2018 dans le but de trouver des solutions pour résoudre le problème de l’insécurité dans le bassin du Lac Tchad.

La situation sécuritaire dans la région de l’Extrême-Nord a fait l’objet de débats au parlement national allemand cette année. Voilà ce qui justifie la présence de la forte délégation des membres de la souscommission pour la prévention des crises civiles du parlement national allemand dans la région de l’ExtrêmeNord depuis lundi dernier. D’après le chef de la délégation, Ottmar Vor Holtz, tous les ans, cette sous-commission effectue deux voyages dans le monde. Cette année, le Cameroun et plus précisément l’Extrême-Nord, ont été choisi en raison de la situation que vit cette partie du pays du fait des attaques de la secte terroriste Boko Haram. La première escale a eu lieu au camp des réfugiés de Minawao dans le département du MayoTsanaga, lundi 3 décembre dernier. Puis, la délégation a rendu une visite de courtoisie au gouverneur de la région de l’Extrême-Nord, Midjiyawa Bakari, mardi 4 décembre 2018. Le cortège s’est ensuite ébranlé vers Bogo dans le département du Diamaré.

Au cours de ce déploiement, il est à noter que les députés se sont intéressés à la situation de crise humanitaire qui prévaut dans la région de l’Extrême-Nord. L’audience que leur a accordée le gouverneur a permis aux parlementaires de mieux comprendre la situation qui prévaut sur le terrain à l’heure actuelle. Midjiyawa Bakari a souligné les efforts que le gouvernement camerounais, a déployés, avec l’apport des partenaires nationaux et internationaux, pour la gestion de ce conflit. Par ailleurs, il a insisté sur l’hospitalité du Cameroun qui accueillir plus de 60 000 réfugiés nigérians et les facilités qui leur sont accordées. Le gouverneur de la région de l’Extrême-Nord n’a pas manqué de préciser que cette couche sociale n’est pas la seule victime. On note aussi la présence d’au moins 4000 anciens captifs de Boko Haram ainsi que plus de 230 000 déplacés internes et une centaine de repentis, ex-combattants de la secte terroriste.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie