Oumar Bichaïr: en terrain connu

Le tout nouveau chef du centre régional de l’Extrême-Nord a beaucoup de travail dans son territoire de compétence.

Pour la région de l’ExtrêmeNord, c’est à Oumar Bichaïr qu’incombe l’implémentation sur le terrain, du décret présidentiel portant création du Comité national de désarmement, de démobilisation et de réintégration des ex-combattants du BokoHaram ; une structure qui, selon l’esprit du décret du chef de l’Etat, sera basée à Mora, chef-lieu du département du Mayo-Sava, pour ce qui est du centre de l’Extrême-Nord. C’est une localité que cet administrateur civil connaît, car il en est originaire. Mieux, c’est là qu’il vit le jour en 1973 et qu’il fit ses études primaires et secondaires avant d’aller à Yaoundé poursuivre ses études supérieures sanctionnées par une licence en droit public à l’université de Yaoundé 2-Soa.

Attiré par le commandement territorial, il réussit au concours d’entrée à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature d’où il en sort administrateur civil et 2002. Pendant deux ans, de 2002 à 2004, il passe le stage d’intégration au ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, précisément à l’inspection générale. Il est par la suite nommé à Bafang au poste de 1er adjoint préfectoral où il travaille jusqu’en 2008. Après Bafang, il est nommé souspréfet de Loum dans le département du Moungo, ré gion du Littoral où il travaille jusqu’en 2013. Par la suite, il est muté à Yagoua de 2013 à 2017. Du 3 juillet 2017, jusqu’à sa nomination par arrêté du Premier ministre du 7 décembre 2018, il occupait le poste d’inspecteur général des Services régionaux de l’Extrême-Nord. Visiblement, Oumar Bichaïr, cet administrateur civil a le profil qu’il va certainement capitaliser dans ses nouvelles tâches.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category