« Les travaux seront livrés en mars 2019 »

T. Tufan Sercan, directeur régional de l’entreprise turque Yenigün.

Comment l’annonce du retrait de la CAN 2019 au Cameroun a-t-elle été accueillie sur le chantier de Japoma ?

Nous avons accueilli cette nouvelle avec surprise, comme tous les Camerounais. Mais nous avons aussitôt été rassurés par le gouvernement camerounais qui entend poursuivre sur la même lancée ses chantiers et les livrer aux dates annoncées. D’ailleurs, à Japoma, rien n’a changé. Nuit et jour, les ouvriers travaillent sans relâche et aussi vite que possible. Nous avons un contrat, des engagements, un objectif qui est de construire le stade de Japoma et sans aucun découragement, le travail sera livré à temps. Le chronogramme arrêté sera respecté sans faille. Nous avons réitéré cette volonté lors d’une rencontre avec les autorités il y a quelques jours. Surtout que notre entreprise a signé un autre contrat pour l’aménagement des voies de contournement et que les travaux avancent. Ces deux dernières semaines, nous avions déjà accéléré sur le terrain.

Concrètement, où en sont les travaux ?

Le stade est prêt à 80% mais le complexe en général, qui intègre aussi le gymnase multisports, le centre aquatique, les terrains de tennis et de basket ouverts, les stades d’entraînement en est à 70%. Tous les éléments préfabriqués en Turquie et ici ont été installés. La pépinière de gazon pour la pelouse est prête et n’attend plus que la pose prévue incessamment. En ce moment, on procède aux travaux de drainage avec les passages souterrains sur l’aire principale. Plus de 7000 sièges qui constitueront une mosaïque aux couleurs du drapeau camerounais sur les 50 000 prévus sont en place. La tribune ouest, la plus difficile, dans laquelle on retrouve la loge présidentielle, les boutiques, etc. est prête. Il ne manque que la pose des vitres. Le gros des travaux mécaniques et électriques est achevé. En ce qui concerne les terrains d’entraînement, on attend juste la pose des sièges sur les gradins et nous travaillons sur les vestiaires. Je tiens à préciser que nous avons effectué des fondations profondes. Nous avons dû forer parfois jusqu’à 26 m de profondeur pour garantir la sécurité et la solidité de l’édifice.

Dans un premier temps, les chantiers devaient être livrés en fin décembre. Maintenant, on parle de mars 2019. Qu’en est-il exactement ?

Il y avait quelques préoccupations mineures entre Eximbank Turquie et le gouvernement camerounais. Pour certains dossiers, il fallait par exemple des signatures des deux côtés. Les mécanismes de paiement et de financement ont eu de la peine à se mettre en place. Rien de plus normal puisque les deux parties n’ont pas souvent eu l’habitude de travailler ensemble. Il y avait donc des procédures, des dossiers dont il fallait prendre connaissance. C’est ce qui explique ce léger retard. Mais, je réaffirme que les travaux seront livrés en mars 2019, même s’il peut encore y avoir de petits détails comme des ampoules à fixer mais le gros œuvre sera prêt. Nous sommes clairement sur la bonne voie.

Quelle garantie de ne pas avoir du retard au moment de la livraison en mars prochain ?

Ce projet, qui est financé en grande partie par Eximbank Turquie, est un excellent pont pour la coopération entre le Cameroun et la Turquie. Nous sommes donc conscients de notre responsabilité. Parfois, certaines informations alarmantes circulent mais nous préférons ne pas en tenir compte et faire ce que nous avons à faire. Nous sommes des méditerranéens. Cela suppose que nous travaillons certes avec la tête mais aussi avec le cœur. Le Cameroun a fourni de gros efforts ces derniers mois pour être prêt. Depuis notre arrivée, nous nous considérons comme faisant partie à part entière du peuple camerounais. Il n’y a donc aucune raison pour que nous ne respections pas nos engagements. Nous sommes impatients d’assister au premier coup d’envoi au stade de Japoma.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category