Engagement politique des jeunes: Le patriotisme ravivé

L’Ecole citoyenne et politique de Yaoundé organise depuis hier une classe foraine à l’intention des jeunes pour davantage d’implication en contexte post-électoral.

Tout le monde n’ira pas sur les bancs à Soa, à Dschang, à Douala ou à Ngaoundéré pour se frotter à la science politique. Il existe des passerelles, autres que les universités, pour familiariser les curieux, passionnés, simplement citoyens, avec ce sujet. Les classes foraines en font partie. L’une d’ente elles est organisée depuis hier au quartier Nsam à Yaoundé, à l’intention d’une centaine de jeunes de l’arrondissement de Yaoundé III. Etudiants, employés d’organisations non gouvernementales (Ong) ou simplement intéressés par la politique, ils étaient une centaine à faire entendre leurs voix ou partager leur opinion sur le sujet. Une initiative de l’Ecole politique et citoyenne de Yaoundé (Ecpy). Les formateurs de cette Ong encadrent les jeunes sur le thème « Jeunesse, citoyenneté et engagement politique en contexte post-électoral ».

L’idée est de décrypter les raisons d’une rupture supposée des jeunes avec la politique. Il s’agit surtout de nourrir en chacun des auditeurs les valeurs de patriotisme, de paix et de vivre ensemble. Sur place, pas de langue de bois. Et c’est ce que recherche l’institution, a rappelé l’honorable Vincent de Paul Emah Etoundi, président du bureau exécutif de l’Ecpy. « L’année 2018 a constitué une étape décisive dans l’histoire politique du Cameroun. La mise en place du Conseil constitutionnel a permis une fluidification des règles qui organisent le jeu politique au Cameroun. Malgré cette avancée majeure dans la construction de l’architecture démocratique du Cameroun, on a remarqué une faible mobilisation des jeunes dans le processus électoral », a-t-il déploré. L’élection présidentielle, c’est fini, mais d’autres échéances arrivent. Et les jeunes seront pareillement attendus sur ce front.

L’Ecpy s’engage à changer la donne, en multipliant cette initiative à tra vers le pays. Pour cela, elle bénéficie du soutien de l’administration. D’ailleurs, la cérémonie d’ouverture de la classe foraine était présidée hier par Nestor Dym, sous-préfet de l’arrondissement de Yaoundé III. Les participants à la classe foraine se sont préparés à identifier les blocages de leur engagement, identifier les actions menées jusqu’à ce jour pour les intéresser et formuler quelques recommandations.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie