RDC: 8 000 machines à voter consumées

Un incendie a consumé une bonne partie d’un entrepôt de la Commission électorale nationale indépendante à Kinshasa. Celle-ci écarte l’hypothèse d’un nouveau report du scrutin.

A neuf jours des élections générales en République démocratique du Congo (RDC), la Commission électorale nationale indépendante est aux abois après un incendie qui a consumé l’un de ses entrepôts à Kinshasa dans la nuit de mercredi à jeudi. Hier, face à la presse, son président, a dressé un premier bilan des dégâts matériels enregistrés après les flammes. «En attendant les estimations définitives de cet ignoble événement, la CENI constate que le feu a consumé le matériel de 19 sur 24 communes de Kinshasa, soit près de 8 000 machines à voter sur les 10 368, 3 774 isoloirs sur 8 887, 552 kits bureautiques sur 8 887,  800 nouvelles motos et 15 véhicules, près de 9 500 batteries externes», a énuméré, le ton grave, Corneille Nangaa. Or, deux jours auparavant, l’orateur indiquait, l’air rassuré, que les machines à voter et autres équipements électoraux, «entre 93 et 94 %» du territoire national était déjà couvert. Selon lui, il ne restait plus que Kambabare, fief d’Emmanuel Ramazani Shadary, mais aussi Bongandanga et Djongu, dans l’ex-province de l’Équateur, et Sankuru.

Corneille Nangaa écarte toutefois l’hypothèse d’un nouveau report de ce scrutin. Des dispositions sont en cours pour que le rendez-vous du 23 décembre prochain soit respecté. «La CENI s’emploie pour que ces élections se tiennent conformément à son calendrier». Elle entend miser sur le «stock tampon». En effet, sur les 105 257 machines commandées pour 75 781 bureaux de vote,  se trouvent 29 476 machines à voter de réserve. «En réalité, nous avons dû déployer 21 000 machines en voter de réserve parce que, suivant leur grandeur, certains centres d’inscription ont été scindés en deux centres de vote», précise-t-on. En clair, il existerait donc quelque 8 476 autres machines à voter dans ce «stock tampon». Malgré le fait que lesdites machines ont déjà été déployées à travers la RDC, à la CENI, l’on se veut tout de même rassurant. «Une instruction a été donnée au secrétariat exécutif national qui est déjà en train d’identifier, d’empaqueter ce matériel par voie aérienne. L’enjeu maintenant, c’est de les faire revenir le plus tôt possible dans la capitale», a lancé Corneille Nangaa.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category