Réseau africain de régulation de la communication: Peter Essoka, nouveau président

Le poste lui est revenu à Yaoundé, au terme de la 9e Conférence des instances de régulation de la communication comme le prévoient les textes de ce réseau.

C’est le Cameroun qui est désormais à la tête du Réseau des instances africaines de régulation de la communication (RIARC). Peter Essoka, président du Conseil national de la communication (CNC) va ainsi présider aux destinées de cette instance pendant les deux prochaines années comme le prévoient les textes de ce réseau, faisant ainsi du Cameroun, le porte-parole de toutes les 36 institutions africaines de régulation de la communication, membres du RIARC. C’est ce qui ressort en effet de la 9e Conférence des instances de régulation de la communication (CIRCAF), tenue du 12 au 14 décembre dernier à Yaoundé. Assises présidées à l’ouverture comme à la clôture par Issa Tchiroma Bakary, ministre de la Communication, au nom du Premier ministre, chef du gouvernement.

La conférence avait en effet, comme objectif général, le renforcement de l’autorité et de la visibilité du RIARC ainsi que celles des membres dans leurs espaces nationaux, régionaux et internationaux. L’évènement qui a eu comme point d’honneur la célébration du 20e anniversaire du RIARC a également permis aux membres de réfléchir sur le thème  « 20 ans du RIARC : défis et perspectives ». Et ce n’est pas au hasard que ce thème a été choisi. Il a été adopté afin que les membres fassent un bilan commun des actions menées ces dernières années par les instances de régulation et membres du réseau. Mais aussi pour qu’ils réfléchissent  ensemble, sur les défis des prochaines décennies et la manière idoine de les relever.

Et au terme de deux jours d’activités, les participants sont unanimes. Les assises de Yaoundé étaient réglées comme sur du papier à musique. Et maintenant que le Cameroun occupe la présidence du RIARC, des attentes ont été exprimées. Adam Boni Tessi, président de la haute autorité de l’audiovisuel et de la communication du Bénin, par ailleurs secrétaire exécutif du RIARC : « Nous attendons que les plans d’actions élaborés soient réalisés. Que le Cameroun donne à son institution de régulation la place qu’il lui faut. Car pour être un porte-parole au plan africain, le CNC doit être une institution qui décide et dont les décisions sont exécutoires et exécutées ».

Le RIARC est un regroupement de l’ensemble des organes de régulation de la Communication d’Afrique. Mis sur pied en 1998 au Gabon, ce réseau a, entre autres pour buts, de renforcer la coopération en matière de régulation de la communication par l’harmonisation des instruments institutionnels et juridiques du continent, tout en respectant la diversité des expériences. Les prochaines assises auront lieux au Maroc, pays d’origine de l’actuelle vice-présidente du RIARC.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category