Diamants bruts:1791,37 carats produits en 2018

Ce bilan a été dressé lors de la session annuelle du Comité du Secrétariat National Permanent du Processus de Kimberley présidée par le ministre Ernest Gwaboubou jce 20 décembre à Yaoundé.

Le Comité du Secrétariat National Permanent du Processus de Kimberley (SNPPK) a dressé le bilan des activités et des réalisations de l’année 2018 qui s’achève. C’était au cours de la session annuelle du SNPPK présidée ce 20 décembre dernier par le ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique, Ernest Gwaboubou, par ailleurs président dudit comité. De cette cérémonie qui s’est déroulée en présence du secrétaire permanent, Daniel Mackaire Eloung Nna, il ressort que 30 sites d’exploitation des diamants bruts sur 46 ont été recensés et sont opérationnels à ce jour. Ceux-ci sont couverts par les agents de contrôle du SNPPK. En ce qui concerne les données de production des diamants bruts pour l’année 2018, elles s’élèvent à 1791,37 carats, exclusivement dans la région de l’Est. Tandis que les données d’exportation de ces diamants au cours de la même période s’élèvent à 1785,72 carats par 18 exportations.

Pour le ministre Ernest Gwaboubou, cette traçabilité augure des lendemains meilleurs dans la mesure où le processus de Kimberley (PK) favorise en toute légalité l’exploitation et le commerce surveillés des diamants bruts. Ceci à travers le renforcement des contrôles internes de la production des diamants artisanaux. Cette sorte d’observatoire international mis en place par les pays producteurs de diamants, l’industrie du diamant brut et les ONG, a pour but d’empêcher le financement des conflits grâce aux revenus issus de la commercialisation des diamants bruts. Son objectif est d’endiguer l’infiltration des « diamants du sang » dans le circuit officiel de commercialisation de cette ressource et de briser les liens entre leur commercialisation et les conflits armés.

Les activités majeures réalisées dans le cadre de ce programme créé en novembre 2011 portent principalement sur l’amélioration de la gouvernance du secteur minier, la traçabilité des diamants bruts, de l’or et des autres substances minérales précieuses, le développement, l’encadrement et le suivi des activités d’exploitation artisanale des diamants bruts. A cela, s’ajoutent l’intensification de la lutte contre les trafics illicites et l’augmentation des recettes de l’Etat à travers l’augmentation de la contribution de la mine solide dans le PIB. C’est pourquoi dans la mise en œuvre de ses activités, le SNPPK s’est déployé dans les contrôles internes, l’amélioration de la production nationale et la mise en application des modalités d’import-export des diamants bruts au Cameroun, entre autres.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category