« Le dispositif sécuritaire sera renforcé »

Paul Atanga Nji, ministre de l'Administration territoriale.

Monsieur le ministre, quel est le message que vous avez apporté aux populations de Bangourain après cette attaque criminelle ?

C'est sur très hautes instructions du chef de l'Etat que j'ai effectué cette descente sur le terrain, après le sinistre subi par cette population dans la nuit de samedi à dimanche. Un groupe de terroristes venus du département voisin, a saccagé des maisons, vandalisé des commerces, et violenté les populations. Aussitôt, le gouverneur m'a appelé pour me rendre compte. Immédiatement, le chef de l'Etat a été saisi dimanche matin. Il a instruit le gouverneur de faire une première descente sur le terrain pour apaiser les populations, transmettre son message de réconfort et évaluer les dégâts. Sur le terrain, j'ai dû constater que ces dégâts sont terribles. C'est bien triste de vivre cette situation, mais le chef de l'Etat m'a demandé de venir rassurer les populations que la situation est sous contrôle. Les terroristes seront traqués dans leur dernier retranchement. Le chef de l'Etat leur a demandé de déposer les armes, dans le cadre du Comité national de désarmement, démobilisation et réintégration, ou alors ils vont se heurter à la rigueur de la loi et à la détermination de nos forces de défense et de sécurité.

Il y a eu comme un vent de panique depuis cette attaque. Des populations qui quittent leurs villages. Que leur dites-vous ?

Je tiens à les rassurer que le dispositif militaire sera renforcé dans le département du Noun, dans l'arrondissement de Bangourain. Nous avons pu convaincre ces populations qui se déplaçaient que des mesures appropriées ont été prises pour garantir leur sécurité. Jusqu’ici, elles sont bien encadrées par les autorités administratives et traditionnelles. Elles vont regagner leurs domiciles respectifs. Le président de la République leur réitère son message de réconfort et d'assurance. La situation est contrôlée par les pouvoirs publics. Personne ne peut accepter cette folie, ces actes de vandalisme. Je voudrais également que les populations comprennent que les règlements de comptes ou l’esprit de vengeance dès lors que le chef de l’Etat est déjà impliqué dans la gestion d'une situation, ne sont plus admis. Le président de la République est saisi du problème et a pris des dispositions pour que les maisons détruites soient reconstruites, que les populations bénéficient de l'assistance sociale et des aides diverses. A ce stade, il n’y a plus lieu de penser à la vengeance. J'ai rassuré les populations qu'en cas d'attaques, elles doivent se référer aux autorités légales qui vont donner des directives. Je leur demande de ne pas tomber dans le piège de la vengeance, susceptible de créer d'autres tensions. Les chefs de quartiers nous ont rassuré qu'ils vont travailler en étroite collaboration avec les autorités administratives pour éviter tout débordement, et surtout mettre en application les hautes consignes données par le chef de l’Etat. Le maire de la ville est également impliqué dans ce travail. Avec ce geste prompt et spontané du président de la République, qui est toujours très proche des populations sinistrées, le message est passé. Nos populations vont davantage coopérer avec les forces de défense et de sécurité pour que la paix revienne définitivement à Bangourain.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie