« Plus de 950 milliards mobilisés en une décennie »

Jean Claude Ngbwa, président de la Commission des marchés financiers.

Qu’est-ce qui peut justifier l’engouement observé pour les emprunts obligataires ?

Rappelons d’abord que les obligations sont des titres de créances, émis  par les sociétés ou l’Etat pour emprunter des fonds sur le marché financier. En souscrivant à une obligation, on prête donc des fonds à l’organisme émetteur. L’obligation est un investissement moins risqué que l’action et qui garantit une certaine rentabilité. Lorsqu’une entreprise émet des obligations, elle fait un emprunt obligataire. C’est-à-dire qu’au lieu de faire appel à sa banque pour obtenir un prêt, elle emprunte directement auprès des investisseurs sur le marché financier.

Les souscripteurs sont également très enthousiastes. Comment expliquer cette situation ?

Pour l’émetteur, l’emprunt obligataire est une forme de financement généralement lucrative pour toutes les parties intéressées. L’entreprise elle-même, la banque qui joue le rôle d’intermédiaire et le client-investisseur  qui obtient un rendement supérieur à celui offert par l’épargne traditionnelle. Le recours aux emprunts obligataires constaté sur le marché tient certainement des avantages liés à ce mode de financement. On peut citer une meilleure connaissance de l’émetteur ; le profil des ressources longues du marché financier et mieux adaptées aux financements des investissements ; la sécurisation des mécanismes de remboursement (compte-séquestre, masse des obligataires) ; la sécurité des placements à travers la minimisation des risques ; les avantages fiscaux ; le rendement régulier. Vous avez également la disponibilité de la liquidité à travers le marché secondaire (bourse) et la diversification des sources de financement. L’investisseur ou le souscripteur recherche lui aussi une sécurité pour son placement, une rentabilité régulière même si elle reste faible par rapport aux actions, en revanche, plus risquées.

Le marché financier camerounais tire-t-il un quelconque profit à être autant sollicité ?

Toutes les opérations lancées sur notre marché contribuent à l’information et à la sensibilisation du public sur ce mode de financement de l’économie. Elles constituent également des indicateurs de valorisation financière de certains secteurs économiques de notre pays. Au-delà de ces aspects, le recours au marché financier engendre des ressources nécessaires au fonctionnement des principaux acteurs (régulateur, entreprise de marché, intermédiaires) à travers les activités générées d’une part, mais il contribue surtout au financement de l’économie : plus de 950 milliards de F mobilisés au cours de la dernière décennie.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie