Emprunt obligataire: la place boursière à la cote

De nombreuses opérations enregistrées ces derniers jours ont été couronnées de succès.

Le 11 décembre dernier se clôturait le dernier emprunt obligataire par appel public à l’épargne lancé sous la supervision de la Commission des marchés financiers (CMF). Les fonds levés par Alios Finance Cameroun devront participer au financement du plan stratégique 2018-2022 de cet établissement spécialisé dans les activités de crédit et les opérations de leasing, à travers notamment une augmentation de sa production de 15% en moyenne par an, la recherche de nouveaux leviers pour accompagner la croissance de la production, renseigne-t-on du côté de la CMF. Dans la publication « Echos des marchés financiers » du 21 décembre dernier, on peut lire qu’Alios a dépassé de plus de 700 millions de F son objectif de souscription. Une performance qui intervient quelques semaines après celle réalisée grâce à l’emprunt lancé par l’Etat du Cameroun.

En effet, il y a quelques semaines, c’est l’Etat du Cameroun qui est allé sur le marché des titres rechercher la somme de 150 milliards de F pour le financement de certains projets d’envergure. Il en était reparti avec une enveloppe plus consistante, soit 200 milliards de F. Surplus validé par la CMF, garant de cet emprunt dont le taux d’intérêt est de 5,6%. Par la suite, il y a eu deux autres dossiers d’émission obligataire émanant de deux organismes privés, le groupe ORAGROUP basé à Lomé au Togo pour un placement privé de 30 milliards et la Société Alios Finance Cameroun pour une émission obligataire de 8 milliards de FCFA.

Plus tôt, c’est la Communauté urbaine de Douala qui avait récolté des fonds sur cette plateforme. « Les nouvelles émissions procèdent certainement de la sensibilisation des acteurs que nous avons engagée depuis quelques mois pour faire connaître les possibilités offertes par le marché financier pour contribuer à l’économie », justifie-t-on à la CMF. Le président de la CMF, explique aussi que « dans la loi de finances de l’exercice 2018, l’Etat du Cameroun a prévu le recours aux emprunts pour financer des projets d’investissements ».

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category