« 2019 sera une année intéressante »

Yves Tsala, consultant sportif.

Quel regard jetez-vous sur la saison sportive 2018 qui vient de s’écouler ?

Globalement, je dirais que nous sommes restés à peu près dans nos standards. Par rapport aux coupes du monde masculin et féminin de volleyball, le Cameroun participait de nouveaux aux deux compétitions. On va noter les premières victoires enregistrées contre la Tunisie, championne d’Afrique chez les hommes et chez les dames, face au Mexique. En dépit de cela, on peut avoir des regrets surtout chez les dames. Il y avait la place pour se qualifier à un deuxième tour historique. Au niveau du handball féminin, le Cameroun a manqué de peu une nouvelle qualification pour le prochain championnat du monde. Ce qui aurait pu marquer véritablement une certaine constance au haut niveau. La situation est restée identique aux jeux du Commonwealth malgré la moisson amoindrie de médailles. C’est déjà bien pour nos jeunes athlètes d’avoir participé à des compétitions comme les 3e Jeux africains de la jeunesse et les Jeux olympiques dédiés. En ce qui concerne la Coupe d’Afrique des nations féminine de football, il y a du talent et du potentiel mais il nous faut franchir un nouveau cap.

La fin de l’année s’achève sur l’élection d’un nouvel exécutif à la Fecafoot. Peut-on espérer que 2019 sera celle d’un nouveau départ pour notre football ?

Pour moi, il était d’abord impératif que les élections se tiennent à la Fecafoot. Car c’est désormais un bureau légitime qui peut engager un certain nombre de réformes dont la fédération a besoin, notamment au niveau de la Direction technique nationale, du football jeunes et féminin. Il y a aussi d’autres chantiers qui vont vers le sens d’équipes nationales compétitives dans toutes les catégories et l’organisation de la CAN. Sur tous ces points, un bureau légitime a plus de force pour travailler. C’est d’autant plus une bonne chose qu’à mon avis, l’élection s’est plutôt globalement bien passée, dans la transparence. J’ai beaucoup aimé les premiers mots du président élu, sur le fait de tendre la main aux autres car les élections dans nos instances laissent constamment les acteurs divisés. Il y a les vainqueurs face aux perdants qui ont souvent du mal à l’accepter. Et pourtant, ils sont tous de la même famille. Dans ce sens, la première action d’un président élu est de ne pas avoir l’arrogance du vainqueur mais de tendre la main aux vaincus pour les rassurer et leur faire comprendre qu’on aura besoin de tout le monde pour construire l’édifice. C’est aux autres de saisir la perche. Cette élection est un bon point pour le retour à la normale dans une fédération en quête de sérénité.

Le retard observé en ce qui concerne le début du championnat aura forcément un impact sur la prochaine saison…

C’est déplorable que le championnat n’ait toujours pas commencé. On voit les prestations de nos équipes en coupes africaines qui sont certainement tributaires de cette situation. J’ai encore l’image de Coton face à Ismaily à Yaoundé, où on a senti en seconde période que le club avait tout donné et ne pouvait plus aller chercher le résultat. Il est impératif de s’arrimer aux calendriers internationaux. Désormais, on le sait c’est globalement début en août et fin vers mai. Nous devons tout faire pour nous y conformer afin de permettre à nos clubs d’être en phase avec la CAF et d’être le plus compétitif possible. Ce n’est pas facile de jouer sans matchs dans les jambes contre des équipes qui ont commencé leurs championnats depuis longtemps. On vient quelque part en victime expiatoire. On a également vu que du fait de ces tâtonnements, le Cameroun n’a pas pu aligner autre représentant en coupe de la CAF. Les autres conséquences concernent les joueurs car c’est leur gagne-pain. Lorsqu’ils ne sont pas en compétition, il n y a pas de prime d’entraînement, pas de matchs. Ils sont abandonnés et cela a des conséquences. Vivement que la fédération puisse s’entendre avec la Ligue de football professionnel et tous les autres acteurs. Dans ce sens, la réunion entre le président nouvellement élu de la Fecafoot et les responsables de la Ligue va permettre de tracer une ligne pour reprendre le championnat. Pour trouver les ressources, il faut un calendrier précis et un championnat sérieux, sans qu’on n’assiste à tous les remous qu’on peut avoir, déjà à l’intérieur des clubs et puis entre les clubs et les différentes structures. Il faut que l’image de la Ligue se retrouve bonifiée pour le sponsoring. Le championnat professionnel est la vitrine du football local. Il est important qu’il reprenne et retrouve une certaine crédibilité.

En 2019, le Cameroun sera engagé dans différentes compétitions de grande envergure. Pourrait-il véritablement y jouer les premiers rôles ?

Ce sera en effet une année intéressante dans plusieurs disciplines sportives. En football, on sort de la déception de la non organisation de cette CAN Total 2019. On espère que cela pourra remobiliser le Cameroun sur le plan sportif. Ceci dans la perspective de la conservation du trophée dont il est actuellement le détenteur. Pour la coupe du monde féminine en France, il est évident que ce type d’événement contribue à la vulgarisation du football féminin. C’est une bonne chose pour le Cameroun d’y prendre part. À mon sens, le Cameroun est dans une poule abordable en compagnie du Canada, de la Hollande et de la Nouvelle-Zélande. Il y a de la place pour sortir de la phase des poules et essayer de faire mieux qu’en 2015. Un quart de finale, pourquoi pas pour cette génération de filles exceptionnelles. L’an prochain va aussi se disputer les Jeux africains de Rabat. L’enjeu pour le Cameroun sera de se positionner dans le top 10, derrière les pays qui postulent pour la grande course aux médailles. Il s’agit de l’Afrique du Sud, du Nigeria, de l’Algérie, de l’Egypte, de la Tunisie et du Kenya. Il va falloir capitaliser cet objectif à travers nos disciplines traditionnellement pourvoyeuses en médailles tout en s’améliorant dans les autres disciplines. En basketball masculin, on croise les doigts pour une qualification du Cameroun pour la Coupe du monde en Chine. Les regards sont tournés en février prochain dans le groupe F qui va se jouer en Côte d’Ivoire. Il faudra s’assurer que le pays hôte ne remporte pas ses trois matchs avec une moyenne de 68 points.

Sont également attendues, les opérations de renouvellement des exécutifs dans les fédérations sportives civiles nationales…

C’est ce qui est souhaité depuis longtemps. Normalement, toutes les quatre années olympiques, il doit y avoir cette évaluation du mandat de leurs représentants par les assemblées générales des fédérations. C’est un moment très important dans la vie des instances fédérales. Malheureusement, depuis 2016 que ce renouvellement devrait avoir lieu, il reste attendu. Dans certaines fédérations et ligues sportives, la situation est urgente du fait des exécutifs inopérants. On espère qu’après le football qui a connu son assemblée générale élective, le mouvement va se prolonger dans les autres associations. Ceci afin qu’on puisse apprécier ce qui a été fait et rentrer dans la légalité.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category