L’axe Yaoundé-Pékin renforcé

En 2018, le président de la République a foulé deux fois le sol de Pékin, consolidant ainsi le partenariat stratégique entre le Cameroun et l’Empire du Milieu.

2018 est classée parmi les années les plus fructueuses de la coopération Chine-Cameroun. Au-delà des faits et chiffres qui confirment cette vitalité de l’axe Yaoundé-Pékin, le partenariat stratégique entre le Cameroun et la Chine a été boosté par la double visite officielle qu’a effectuée le président de la République, Paul Biya dans l’Empire du Milieu au cours de l’année qui s’achève. La Chine est actuellement le premier partenaire commercial du Cameroun et le premier investisseur au Cameroun dans la réalisation des projets de développement. En effet,  la Chine considère le Cameroun comme « un pays frère et ami » qui a su contribuer significativement à la consolidation de la relation amicale et fructueuse avec l’Afrique depuis 1971, date de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays.

Début septembre, le chef de l’Etat camerounais foule pour la septième fois le sol pékinois pour participer au troisième sommet des chefs d’Etat et de gouvernement du Forum de la Coopération Chine-Afrique (Focac). Au cours de ces assises, Paul Biya a remarquablement porté la voix de son pays mais aussi celle de l’Afrique à cette grand’messe de la « Chinafrique connection ». Dans sa communication spéciale déroulée lors de « la table ronde de haut niveau » organisée dans la foulée du forum, Paul Biya a invité le secteur privé chinois, «  connu pour son dynamisme, à plus investir en Afrique ». Mais il a surtout joint sa voix aux autres leaders africains et chinois pour louer l’approche multilatérale qui fonde la coopération entre l’Afrique et la Chine. Enfin, le chef de l’Etat camerounais place beaucoup d’espoir sur l’initiative de « la ceinture de la nouvelle route de la soie et la route maritime de la soie » du président Xi Jinping, qui, selon lui, interconnectera encore davantage les peuples asiatiques, européens et africains.

Bien avant l’ouverture officielle du sommet, le chef de l’Etat camerounais a été l’un des premiers dirigeants africains à s’entretenir avec son homologue chinois au Grand Palais du Peuple. Au cours de cette rencontre, Paul Biya a sollicité les appuis de la Chine pour financer, « à brève échéance », les trois projets autoroutiers en cours d’exécution au Cameroun : Yaoundé-Douala, Yaoundé-Nsimalen, Edéa-Kribi. La partie chinoise s’est engagée à participer à la réalisation des projets énumérés par le chef de l’Etat camerounais. Cette entrevue a été couronnée par la signature de deux accords de coopération entre Yaoundé et Pékin : l’accord de coopération et d’assistance technique au bénéfice de l’hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé, de l’hôpital régional de Buea et de l’hôpital de Mbalmayo et un mémorandum d’entente sur l’initiative chinoise de la « Ceinture et la Route ». Par ce dernier accord, le Cameroun entend s’associer à cet ambitieux programme initié par la Chine pour construire des infrastructures routières, maritimes, ferroviaires, portuaires et des parcs industriels dans l’optique de relier la Chine, par la mer et par la terre, à plus de 60 pays, majoritairement des pays en développement.

Paul Biya est revenu en Chine, cinq mois seulement après sa visite d’Etat de trois jours effectuée du 22 au 24 mars 2018 en chine, à l’invitation de son homologue chinois. Paul et Chantal Biya ont été accueillis avec faste et solennité par le président Xi Jinping au Grand Palais du Peuple au cours d’une cérémonie majestueuse. Le président Paul Biya est le premier chef d’Etat étranger à être reçu à Pékin cinq jours seulement après la réélection à l’unanimité du président Xi Jinping à la présidence de la République populaire de Chine pour un second mandat de cinq ans par l’Assemblée nationale populaire. Ce privilège témoigne de l’attention et de l’estime particulière à l’égard du N°1 camerounais et du peuple camerounais tout entier.

Ce sixième voyage de Paul Biya en terre chinoise a été marqué par la signature de cinq accords de coopération pour consolider ce partenariat stratégique. Ces accords vont de la construction d’infrastructures jusqu’à une coopération industrielle et technologique renforcée.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category