« Les voies respiratoires sont attaquées en saison sèche »

Dr Lucien Mbida, médecin généraliste, en service au Centre des urgences de Yaoundé (Cury).

La poussière envahit tous les coins et recoins en cette période de saison sèche. A quelles maladies s’expose-t-on dans ces conditions ?

Les populations encourent plusieurs risques sanitaires en saison sèche. Ce sont des maladies  généralement liées aux infections des voies respiratoires notamment les rhinites avec des symptômes de la grippe, comme on appelle généralement. Et si ces pathologies évoluent, elles aboutissent soit à des sinusites soit à l’infection des voies aériennes supérieures dont les  pharyngites pouvant aller jusqu’à l’infection des voies pulmonaires. Car ce que vous ignorez peut-être est que cette poussière comporte beaucoup  de micro-organismes qui causent de sérieux soucis de santé jusqu’au cerveau.

Quels traitements possibles pour ces différentes pathologies que vous venez d’énumérer ?

Ce que nous conseillons face à ce genre de situation c’est d’avoir en premier un avis médical. C’est-à-dire rencontrer un médecin pour se faire consulter et avoir l’idée précise du microbe qui s’est infiltré dans votre organisme, parce que très souvent, on fait des traitements liés aux symptômes suite aux conseils du voisinage. Or on peut avoir les mêmes symptômes mais avec des pathologies différentes. En cas de force majeure c’est-à-dire si vous avez par exemple les narines bouchées, vous pouvez simplement les nettoyer avec de l’eau salée. C’est un sérum d’eau salée avec une seringue qu’on trouve généralement en pharmacie. Cela s’appelle lavage nasal. Ceci est valable pour les enfants comme pour les adultes. Vous le faites en attendant une prise en charge réelle avec des antibiotiques et parfois des corticothérapies prescrits par le médecin car, la pathologie se soigne en fonction de sa gravité et de ses spécificités.  

Quels comportements adopter face à la poussière de la saison sèche pour se protéger au maximum ?

La médecine préventive est la solution idéale. Il faut prendre en charge l’environnement dans lequel on vit. Dépoussiérer sa maison sans cesse : cela permettra d’empêcher la pénétration de  la poussière, puisque dès qu’il y a un dépôt, la réaction est instantanée. Quant aux accès de la maison, il faut mettre des grilles sur les fenêtres et autres, pour empêcher que la poussière se retrouve à l’intérieur et entraîne un environnement néfaste et propice à l’évolution des maladies. Pour ceux des gens qui habitent les quartiers dont les routes ne sont pas bitumées, il faut prendre la peine d’arroser trois fois par jour, portez un masque sur le nez si on circule à moto ou à pied. 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category