Comprendre le budget 2019 : la part du Trésor

Pour l’exercice en cours, il est prévu des émissions de titres publics pour 260 milliards F afin, en cas de besoin, de financer le déficit budgétaire, entre autres.

A la lecture de la loi de finances 2019, on se rend compte que les dépenses de l’Etat pour cet exercice (3 991,1 milliards de F) seront supérieures aux recettes (3 508,5 milliards). Du coup, en ce moment, les prévisions font état d’un solde budgétaire déficitaire pour 2019. Mais pour combler ce gap de 482,6 milliards de F, l’Etat devrait faire recours à diverses actions parmi lesquelles les émissions de titres publics. A la direction générale du Trésor, de la coopération monétaire et financière, ce sont quelque 260 milliards de F qui devront être collectés sur le marché financier, à travers notamment les bons de trésor. Et le directeur général, Moh Sylvester Tangangho, est optimiste quant à la capacité du Cameroun à lever ces fonds. Comme argument, il évoque les belles performances de l’année dernière dans ce domaine. « Nous avons collecté en moyenne sept milliards de F toutes les deux semaines et sommes parfois allés jusqu’à dix milliards, grâce à des taux d’intérêts attrayants. De plus pour l’emprunt obligataire lancé en octobre 2018, où nous cherchions 150 milliards de F, les souscripteurs se sont prononcés pour 207 milliards mais nous n’en avons retenu que 200 pour le financement des certains projets », indique-t-il.

D’ailleurs, ceci permet de comprendre que les emprunts, qu’ils soient contractés localement ou à l’international, notamment auprès des partenaires au développement, ne sont pas uniquement destinés à financer le déficit budgétaire. Ils permettent également d’amortir la dette de l’Etat,  d’éponger les restes à payer et les arriérés, notamment avec les factures des prestations réalisées par les petites et moyennes entreprises partenaires de l’Etat. Ces emprunts sont aussi utilisés pour rembourser les crédits TVA et autres. A titre d’illustrations, en terme de besoins de financements, l’Etat devra trouver cette année 582,4 milliards pour l’amortissement de la dette, 177 milliards pour les restes à payer, 100 milliards pour le remboursement des crédits TVA pour un total de 1342 milliards de F. Au final, il est question de tout mettre en œuvre pour une exécution optimale du budget. Avec en toile de fond un taux de croissance attendu à 4,4% et une inflation maîtrisée à 1,5%

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category