Les grands chantiers du gouvernement: il faut satisfaire les populations

La réalisation des chantiers prévus en 2019 pour accroître l’offre en eau potable, en énergie électrique et en routes fait partie de la feuille de route prescrite récemment par le chef de l’Etat à la nouvelle équipe gouvernementale.

Dans sa communication spéciale, lors du Conseil des ministres le 16 janvier 2019 à Yaoundé, suite au réaménagement du gouvernement du 4 janvier, le chef de l’Etat, Paul Biya, a exhorté les membres de la nouvelle équipe gouvernementale « à se mettre résolument au travail, afin de répondre aux préoccupations des populations, telles qu’elles se sont exprimées au cours de la campagne pour l’élection présidentielle ». On se souvient en effet que dans la profession de foi du présidentcandidat, il sollicitait les suffrages de ses compatriotes sur la base de dix engagements. Dans le premier, qui était d’ailleurs le principal objectif affiché, il disait solliciter les suffrages pour améliorer davantage les conditions de vie des populations, en assurant l’accès équitable, à toutes et à tous, aux services sociaux de base, en particulier, l’eau, l’électricité, l’éducation, la santé. Tout en accélérant le développement des infrastructures terrestres (routes). Le cap étant l’émergence que le Cameroun veut atteindre en stimulant son développement économique et social afin de permettre à ses compatriotes de vivre dans un pays prospère.

Energie électrique

En prêtant serment pour un nouveau septennat le 6 novembre 2018, Paul Biya s’était engagé « à améliorer l’accès aux services publics de l’eau potable et de l’électricité ». Les actions prioritaires du gouvernement pour 2019 visent, dans le domaine de l’énergie, à accroître justement l’offre d’énergie et à en améliorer l’accès. Pour y parvenir, il est prévu la poursuite de la construction des barrages hydroélectriques, l’opérationnalisation complète de la SONATREL en janvier 2019 (environ 30% de l’énergie produite sont perdus), le renforcement et la mise à niveau des réseaux et lignes de transport, l’exécution du programme lié à l’accès à l’énergie au profit des populations urbaines, périurbaines et rurales. Au ministère de l’Energie et de l’Eau, on envisage en 2019, entre autres, la mise en service du barrage hydroélectrique de Mekin (15 MW), la poursuite des travaux de la ligne de transport du projet Memve’ele ; la poursuite des travaux de construction de l'usine de pied (30 MW) et de la ligne de transport associée au barrage de Lom-Pangar ; la poursuite des travaux de construction de l’aménagement hydroélectrique de Nachtigal ; le démarrage des travaux de l’aménagement hydroélectrique de Bini à Warak. La poursuite des branchements dans le cadre du Projet 1000 localités à électrifier au photovoltaïque, pour ce qui est de la phase I de ce projet concernant la construction déjà achevée de 166 centrales solaires photovoltaïques ; la mise en service de plusieurs centrales solaires et des lignes de distribution dans le cadre de la phase II de ce même projet qui concerne l’électrification de 184 localités par système solaire photovoltaïque.

Eau potable

Dans ce secteur, l’année en cours sera marquée par la poursuite des travaux du Projet d’alimentation en eau potable de la ville de Yaoundé et ses environs à partir du fleuve Sanaga ; la poursuite des travaux du projet de renforcement de l’alimentation en eau potable de la ville de Yaoundé en mesure d’urgence en relation avec un partenaire; la poursuite de la réalisation du Plan d’urgence triennal pour l’accélération de la croissance concernant la réalisation de 3000 forages dans les la zone septentrionale du Cameroun; la poursuite du Projet d’alimentation en eau et assainissement en milieu rural financé par la BID ; le démarrage du Projet d'études d'alimentation en eau potable en milieu rural dans 350 localités financé par la BAD ; la poursuite des travaux de construction de 14 adductions d’eau potable lancés en 2018 ; la réalisation de nouveaux forages équipés de pompes à motricité humaine et des adductions d’eau potable dans le cadre de la dotation générale à la décentralisation. Camwater va, en ce qui la concerne, poursuivre le projet d’alimentation en eau potable des villes de Meyomessala, Nkongsamba et Melong ; lancer les études de faisabilité et de conception du Projet d’alimentation en eau potable des villes de Mutenguene, Buea et Tiko ; poursuivre la phase 2 du Projet d'alimentation en eau potable de neuf villes dont Dschang, Garoua-Boulai, Garoua, Maroua et Yabassi.

Routes

Dans le domaine des infrastructures routières, un accent particulier sera mis cette année sur les actions visant à améliorer substantiellement l’accès aux routes, ainsi qu’à anticiper la demande et l’entretien du réseau. Ainsi, il sera question de parachever les chantiers routiers en cours en veillant à leur bonne exécution; privilégier le traitement des points de rupture ou de potentielle rupture du trafic, à l’effet de garantir la circulabilité en toute saison ; poursuivre le programme d’investissement en infrastructures; amplifier le rôle de l’ingénieur de l’Etat qu’est le ministère des Travaux publics afin de garantir une bonne qualité des travaux ; entretenir et réhabiliter les routes en terre. Le Mintp prévoit aussi d’achever la construction de quelques routes : autoroutes Lolabé-Kribi-Edéa (tronçon Lolabé-ville de Kribi) ; 205 km de nouvelles routes bitumées dont Sangmelima- Bikoula, Nkolessong-Nding, Manki-Pont de la Mapé et une deuxième voie d’accès à Bamenda ; 169,68 km de routes communales bitumées ; la construction de 40 ouvrages de moyenne portée. Bref, 27 projets routiers conduits avec les partenaires financiers seront poursuivis, afin de désenclaver les bassins de production agricole, halieutique et touristique, et améliorer les conditions de circulation dans les communes. Plan triennal d’urgence En ce qui concerne la mise en oeuvre du Plan d’urgence triennal pour l’accélération de la croissance économique (Planut), l’accent sera mis sur la poursuite et le parachèvement des travaux de construction des infrastructures en cours de réalisation dans les différents secteurs, leur mise en service et la mobilisation des financements y relatifs. Dans ce cadre, le Mintp prévoit de poursuivre la construction de 677 km de routes, soit un axe routier dans chaque région.

Plan triennal «spécial jeunes»

L’exécution du Plan triennal « spécial jeunes », doté d’une enveloppe de 102 milliards de F va également se poursuivre en 2019. En septembre dernier, on indiquait que 3835 projets productifs avaient déjà été validés par le Comité de crédits. Pour la première cuvée des bénéficiaires, en mai 2017, 2150 projets répartis dans les dix régions du pays avaient été sélectionnés dans plusieurs domaines : agriculture, industrie, artisanat, économie numérique et innovation. Aujourd’hui, les projets sollicitant des financements continuent à se bousculer. Les 38 projets ayant bénéficié des financements lors du lancement de l’initiative ont généré une centaine d’emplois

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie