Postes et Télécommunications : résolument numérique

D’après le ministre Minette Libom Li Likeng, c’est cette culture que viendra le déclic pour l’essor de l’économie numérique au Cameroun.

Le Cameroun a d’incroyables talents. L’un d’eux, William Elong, s’est fait leur porte-voix hier pour parler de sa start-up, Drone Africa. Une structure lancée il y a trois ans avec moins de cinq personnes, mais qui aujourd’hui emploie une dizaine de personnes et est présente dans six pays d’Afrique et d’Europe à travers des distributeurs, avec un chiffre d’affaires bien au-delà du milliard de F.

Exactement le profil qu’il faut, afin que l’économie numérique décolle véritablement au Cameroun. Parce que c’est de cela qu’il s’agit : booster le développement de l’économie numérique. Le train est déjà parti de la gare selon le ministre des Postes et Télécommunications, mais il faut accélérer son rythme. D’où le thème de la rencontre annuelle des services centraux et déconcentrés du ministère des Postes et Télécommunications depuis hier à Yaoundé : « Le secteur des postes et télécommunications : un gisement d’opportunités pour l’émergence du Cameroun ».

Il sera donc question, pendant ces deux jours d’échanges, d’explorer les voies de développement de cette économie dont la participation au Pib est de 3,5%. « La première étape c’est de considérer le monde comme un marché qu’il faut aborder, ensuite ne pas avoir peur d’aller vers les innovations les plus porteuses de progrès et de succès sur le plan économique et financier. Il s’agit de l’Internet mais aussi de réalité virtuelle, d’intelligence artificielle », a indiqué Christian Pout, président du Centre africain d’études internationales, diplomatiques, économiques et stratégiques, au cours de sa leçon inaugurale. L’hôte du Minpostel ajoute par ailleurs que le décollage de l’économie numérique ne sera possible que « si les politiques et la régulation sont en adéquation avec l’ambition de l’émergence, si l’écosystème favorise l’épanouissement des acteurs avec des infrastructures et des facilités nécessaires ». En effet, un certain nombre de préalables doivent être réalisés pour atteindre à l’horizon 2020, l’objectif d’un pays tout numérique. « Nous avons des infrastructures, un travail qui est constant auprès des populations et des larges bandes, une formation de pointe qui va permettre de renforcer les capacités, un projet d’encadrement des start-ups. Nous devons rendre notre secteur attractif aux investissements étrangers, ce qui implique des ajustements à faire au niveau de la régulation », a poursuivi Minette Libom Li Likeng. Pour elle, un autre chantier, non moins important doit être celui de la culture du numérique auprès des populations. C’est de là que viendra le déclic.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category