Education de base : La première édition célébrée

Hier, le Minedub, Laurent Serge Etoundi Ngoa, a appelé toute la communauté éducative à faire de l’enfant une priorité.

262 millions d’enfants et de jeunes dans le monde ne vont pas à l’école. 617 millions d’enfants et d’adolescents ne savent ni lire ni effectuer des calculs simples. Moins de 40% des filles achèvent le premier cycle de l’Enseignement secondaire en Afrique subsaharienne, tandis que près de 4 millions d’enfants de jeunes refugiés ne sont pas scolarisés. Des chiffres alarmants, présentés hier au ministère de l’Education de base par Hilaire Mputu, responsable du secteur éducation au bureau régional multisectoriel de l’Unesco. Cette Journée internationale, ouverte ce 24 janvier par le Minedub, Laurent Serge Etoundi Ngoa, a été officiellement adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 3 décembre 2018, afin de valoriser le rôle de l’éducation pour la paix et le développement. « Elle donne l’occasion à chaque Etat, à travers son gouvernement, de faire le point des politiques éducatives sur son territoire et devoir, conformément à la thématique, si les objectifs pour une éducation inclusive sont atteins », a confié Laurent Serge Etoundi Ngoa.

Pour sa  première édition, le thème retenu est : « L’éducation : un moteur essentiel pour l’inclusion et l’autonomisation ». Celui-ci se situe en droite ligne de l’objectif du Forum politique de haut niveau de l’ONU en juillet qui examinera l’Objectif de développement durable 4, entre autres. La résolution a appelé toutes les parties prenantes, notamment les Etats membres, les organismes du Système des Nations Unies ainsi que la société civile, les organisations non gouvernementales, les institutions académiques, entre autres, à renforcer la coopération  internationale à l’appui des efforts déployés vers la réalisation de l’ODD4.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category