Intégration de la diaspora : Plus de 36 millions de F décaissés

L’office français de l’immigration et de l’intégration s’est réuni vendredi dernier à ce sujet à l’ambassade de France au Cameroun.

Sa famille ne le sait pas, mais Elise (nom d’emprunt) prépare sa réinsertion socio-professionnelle au Cameroun. Vendredi dernier à l’ambassade de France, elle se faisait toute discrète pour éviter l’objectif des caméras ou des appareils photos. C’était à l’occasion des travaux du comité de sélection de microprojets économiques portés par des jeunes Camerounais de retour de France. Cette juriste de formation souhaite que tout soit conclu avant d’annoncer la bonne nouvelle à ses proches.

Elise fait en effet partie des dix Camerounais qui vont bénéficier de l’accompagnement de l’office français de l’immigration et de l’intégration. Avec les 3.725.000 F qui lui seront alloués, elle va se lancer dans la production avicole. L’exemple de son beau-frère qui mène une activité similaire l’a positivement inspirée. Après plusieurs emplois en France, Elise décide de revenir au Cameroun sept ans après son départ pour mettre son savoir-faire au profit de ses compatriotes, mais aussi pour créer des emplois.

Très discrets en effet, les Camerounais qui vont bénéficier de ces financements vont investir dans les domaines tels que l’agriculture, l’agro-alimentaire, les services, le commerce. « On se retrouve deux fois par an pour examiner les projets de Camerounais qui ont vécu en France et qui veulent rentrer soit pour partager les compétences acquises en France, soit pour faire autre chose. Donc nous aidons les Camerounais à réaliser un projet professionnel qui va générer des revenus et leur permettre de vivre », a relevé Gilles Thibault, ambassadeur de France au Cameroun au terme de la rencontre à laquelle a par ailleurs assisté le directeur général de l’Ofii, Didier Leschi. Le principal critère de sélection des projets d’après ce responsable est la viabilité. « C’est pour cela que nous travaillons avec des opérateurs tels que le Fonds national de l’emploi. L’idée étant de travailler très précisément le projet pour qu’il soit viable sur la longue durée, mais qu’il puisse développer de l’emploi pour les Camerounais », indique-t-il.

Pour cette nouvelle vague, un montant de 36,8 millions de F a été décaissé pour permettre à ces jeunes une réinsertion réussie. Dans un an, on fera le bilan. Il faut dire que cette aide est effective au Cameroun depuis 2012 et une centaine de Camerounais en ont déjà été bénéficiaires pour un montant cumulé de plus de 530 millions de F, avec la création de près de 200 emplois.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category