« D’autres mesures pour réduire les coûts sont en vue »

Pr. Magloire Biwolé Sida, coordonnateur du Comité national de lutte contre les hépatites virales au Cameroun.

Quel est l’impact de la baisse des prix du traitement contre les hépatites ?

Il faut reconnaître que le traitement contre les hépatites virales était très coûteux. C’est pourquoi, beaucoup de patients après les examens de dépistage préféraient confier leur suivi aux tradipraticiens. C’est ainsi qu’une série de conventions a été signée entre le ministère de la Santé publique et des firmes pharmaceutiques qui fabriquent les médicaments contre les hépatites. L’objectif de cette convention visait à réduire et à rendre plus accessible le traitement au Cameroun. Les prix de certains médicaments ont ainsi été réduits de 50 à 80%. L’estimation de la consommation des médicaments nous permet d’affirmer que beaucoup de patients sont effectivement traités. Nous avons fait des commandes de plus de 10.000 traitements pour le protocole du génotype I pour l’hépatite C et génotype 4 en l’espace de quelques mois, il reste moins de 100 traitements. Preuve que, les patients les suivent bien.

Comment se passe la prise en charge des malades ?

Il y a plusieurs types d’hépatites virales : A-B-C-D-E, pour citer les hépatites les plus communes. Il y a également une hépatite particulière appelée « delta ». L’hépatite A est une maladie bénigne liée au manque d’hygiène. Elle n’entraîne pas de complication. Après quelques jours, la guérison spontanée va survenir. En revanche, les hépatites B-C-D sont une forme d’hépatite dont les virus circulent dans le sang. Ceux qui sont infectés par le virus de l’hépatite B, ont un traitement donc le coût est autour de 3000 F / 3500 par mois. Malheureusement, c’est encore un traitement à vie. Alors que la durée générale du traitement contre les hépatites C n’excède pas les trois mois et vous donne une guérison totale de 90% à 100%. Le traitement contre les hépatites virales est désormais disponible dans la plupart des formations sanitaires publiques et privées. Or avant, on pouvait entrer en possession de ce traitement juste dans les grands hôpitaux publics. Ceci permet que les malades qui veulent aller se faire suivre en privé soient capables d’avoir ce traitement à coût réduit. Les malades porteurs de VIH et co-infectés par le virus de l’hépatite sont traités gratuitement dans le cadre de la prise en charge globale des cette maladie.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category