Mokolo : un accent particulier sur l’intégration

Dans le département du Mayo-Tsanaga, tenir compte des réalités locales en intégrant les réfugiés nigérians contribuera fortement à l’émergence du Cameroun.

La particularité de la 53e édition de la fête de la jeunesse à Mokolo, chef-lieu du département du Mayo-Tsanaga, est l’intégration des réfugiés dans les programmes de développement local. Selon les autorités de cette unité administrative, il est très important de tenir compte des réalités locales. A savoir, la présence des réfugiés nigérians qui sont en terre camerounaise depuis 2013. Pour le préfet, Jean Daniel Djoboïna, qui présidait la parade d’hier à la place des fêtes de Mokolo, les réfugiés nigérians qui se comptent par milliers dans notre territoire constituent aussi une masse très importante de jeunes qu’il faut absolument considérer dans nos programmes de développement.

Pour être plus concret, en collaboration avec les responsables des organisations humanitaires en charge des réfugiés dans la région de l’Extrême-Nord, un carré spécial constitué d’élèves camerounais et de réfugiés nigérians a ouvert le grand défilé de la fête de la jeunesse à Mokolo hier. Pour passer le message, ils ont choisi d’appuyer le thème national de cette année, par un autre à savoir : « L’intégration locale des réfugiés participe à la construction d’une nation exemplaire, indivisible et émergente ».

Pour Moïse Amedje, chargé de la communication à Lutheran Word Fédération, le choix de ce sous thème se justifie.  « Nous autres, organisme humanitaire, venons en appui à l’Etat du Cameroun dans la prise en charge des refugiés, c’est pour nous, les jeunes qu’ils soient Camerounais ou Nigérians doivent tous bénéficier d’un accompagnement digne qui leur permettra d’assurer un avenir radieux pour que le Cameroun soit vraiment émergent comme voulu », a-t-il expliqué.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category