Musique: « Minga », l’héritage d’Avenir Ava

L’épouse, les amis et les collaborateurs du chanteur camerounais de regrettée mémoire ont présenté son dernier opus hier à Yaoundé.

Une cérémonie chargée d’émotions. Des larmes difficiles à retenir pour Léa Aimée Manga, épouse d’Avenir Ava, l’artiste arraché à la vie en novembre 2018. Pourtant hier au complexe culturel le Bois d’Ebène à Yaoundé, l’heure était davantage à la commémoration qu’aux lamentations.

Car avant sa disparition, Avenir Ava a légué aux mélomanes camerounais un maxi-single : « Minga ». « Léa dit merci pour tout le soutien et le réconfort apportés à elle et à ses enfants. Elle espère que le souvenir de son mari restera vivace à travers cet opus », a déclaré Linus Pascal Fouda, le modérateur de cette conférence, en paraphrasant Mme Avenir Ava, trop émue pour s’exprimer.

Cet opus, c’est trois titres : « Minga» (Femme), « Meke Ya » (Je pars) et « Meman Me Nbou » (La fin d’année), tous bourrés d’intensité, mais surtout de génie créatif. Les contributions artistiques à cette œuvre-héritage sont multiples : Joseph Ebode à l’arrangement, Avenir Ava et Martien Metogo à la guitare, Ateba Mvondo dit Atebass à la basse, Petit Jean Abanda aux percussions, Sandrine Nnanga aux chœurs, ou encore Krotal au mastering. La conférence de presse a donné l’occasion de découvrir le vidéo-clip et les coulisses de la préparation du titre-phare « Minga », que Avenir Ava avait concocté spécialement pour la prochaine journée internationale de la femme.

Comme l’a expliqué Annick Tsogo, promotrice culturelle et paneliste au cours de la rencontre, « Avenir Ava voulait que les Camerounais s’approprient Minga, et que cette chanson soit adoptée comme un hymne en l’honneur de la femme. Tout avait été pensé par lui ». Il était comme ça, Avenir Ava, méticuleux et ardent défenseur des droits de la femme. Sa signature, « Abie », ce morceau qui fera sa réputation, rend un vibrant hommage à ses mères, sœurs, épouses, amies…

La promotion du maxi-single est en marche et plusieurs médias présents ont promis un accompagnement efficace à cet effet. L’opus est à retrouver dans plusieurs points de vente, notamment chez Alizée Equa teur Records au quartier Omnisports à Yaoundé.

« Minga » n’est que la première étape dans ce processus visant à rendre éternelle l’œuvre d’Avenir Ava. Son travail sera perpétué à travers « Avenir Ava Heritage Corporation », une association chargée de reproduire en toute légalité les œuvres de l’artiste. En août prochain, il est prévu un événement baptisé « Avenir Ava Music Tour ».

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category