Alucam et Safacam: le ministre du Travail rassure

Grégoire Owona a réglé certains problèmes hier et affirmé que le gouvernement travaille pour la résolution d’autres.

Depuis le départ de Rio Tinto Alcan d’Alucam Socatral, l’entreprise, installée à Edéa, enregistre des difficultés qui mettent à mal le dialogue social. La visite de travail de Grégoire Owona, ministre du Travail et de la Sécurité sociale (Mintss), ce 21 février au sein de ladite entreprise, a redonné espoir aux employés. Les temps d’un échange convivial, les travailleurs d’Alucam ont exprimé les inquiétudes quant à leur l’avenir au sein de l’entreprise.

Ils ont évoqué la décrépitude de certaines installations, la question des salaires, le système de retraite complémentaire, etc. Si le ministre a expliqué que la situation actuelle de l’entreprise rendait improbable une augmentation des salaires, il a indiqué que le gouvernement travaille d’arrache-pied pour que cette industrie, dirigée désormais par des Camerounais, retrouve ses lettres de noblesse. Pour cela, il a demandé aux employés qui travaillent dur au quotidien, de redoubler d’efforts pour augmenter l’activité et accroître les revenus.

« Si les choses reprennent comme le souhaite le gouvernement, vous serez les premiers bénéficiaires », a-t-il indiqué à ces travailleurs. Pour ce qui est de l’impôt sur le revenu, une autre préoccupation des travailleurs, le Mintses a expliqué que des négociations sont en cours pour qu’il soit revu à la baisse. Notons qu’Alucam Socatral c’est 850 employés pour une production de 100.000 tonnes d’aluminium par an, dont 70% pour le marché européen et 30% pour le Cameroun, la Cemac et l’Afrique de l’Ouest.

Au lendemain de cette rencontre, mercredi 20 février, le Mintses était à Safacam (Sociéé africaine forestière et agricole du Cameroun), située dans la localité de Dizangué à une trentaine de kilomètres d’Edéa, pour le même exercice. Visite de l’usine et séance de travail avec les délégués du personnel ont donc meublé le passage du ministre sur le site. Le process de production de l’hévéa, des champs à l’exportation, a été expliqué au ministre avant la rencontre avec le personnel. De ce côté, les employés ont mis un accent sur le profil de carrière, le départ à la retraite et l’indemnité de non logement.

Des préoccupations auxquelles les employés ont eu des réponses et des orientations claires (se rapprocher de l’entreprise ou de la Cnps, selon les préoccupations). Le directeur de Safacam, JeanFrançois Pageot, a sollicité du membre du gouvernement le bitumage de l’axe DizanguéEdéa, une baisse de la pression fiscale et un accompagnement en matière de formation des jeunes. Le ministre Grégoire Owona a achevé sa deuxième journée hier par les entreprises Dangote et Fermencam, à Douala, où il a effectué le même exercice.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category