Agents immobiliers: place au recasement des clandestins

A côté des professionnels, ils usent de maintes astuces pour extorquer de l’argent aux clients.

Pour nombre de citoyens de la capitale économique, les agents immobiliers représentent un cauchemar. « Si tu veux une maison à Douala, il vaudrait mieux la chercher toi-même », conseille Axel L., habitant de Douala. « Les agents immobiliers m’ont trimbalé pendant plus de deux mois sans suite », se plaint Arsène Doumo, transporteur. « Leur stratégie consiste à vous faire visiter des maisons que vous allez forcément refuser. Parfois c’est des maisons sur lesquelles ils n’ont aucune emprise. Leur objectif c’est d’avoir 5 000F », poursuit la même source.

Le boom démographique observé ces dernières années a entraîné une forte pression sur l’immobilier et le foncier. Se loger est devenu un défi majeur. La crise du logement que traverse actuellement le Cameroun a favorisé l’apparition d’agents immobiliers véreux. « L’ouverture du dossier coûte 5000F. En dehors du montant du loyer que le bailleur perçoit, vous allez me donner l’équivalent d’un mois de loyer représentant mes frais de commission. On peut s’entendre si vous n’avez pas assez d’argent », renseigne Narcisse K., agent immobilier. Lorsque la question sur l’existence légale de la structure est abordée, notre interlocuteur se rebiffe. « Vous voulez une maison ou pas ? Allez donc chercher où on va vous sortir de grosses factures », lance-t-il, nerveux.

Parallèlement, les agences immobilières formelles ont du mal à fonctionner. « Je ne fais plus partie de l’agence. J’ai quelques appartements que je propose à mes clients », renseigne un ex-responsable d’agence immobilière basé à Douala. Un autre établissement, spécialisé dans les opérations immobilières en ligne, a préféré suspendre ce volet d’activité faute de rendements conséquents. Les professionnels regroupés au sein de la Chambre professionnelle des Agents immobiliers fondent de nouveaux espoirs sur les projets de construction des logements sociaux engagés aussi bien par l’Etat que par des privés.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category