Fespaco: Pipa dans la légende

Un monument du réalisateur camerounais, vainqueur de l’Etalon de Yennenga en 1976, se dresse désormais au cœur de La Place des cinéastes à Ouaga.

Des larmes pour expier toutes ces années de labeur, de joies et de peines, à lutter pour le cinéma camerounais, et africain en général. Des larmes, pour exprimer la vive émotion que Dikongue Pipa n’arrive plus à retenir, au pied de cette imposante statue à son effigie.

L’édifice en bronze se dresse fièrement sur la célèbre place des cinéastes de Ouagadougou, entre ceux du Sénégalais Sembene Ousmane et du Malien Souleymane Cissé. L’honneur est immense pour le cinéaste, unique lauréat camerounais jusque-là de l’Etalon d’or de Yennenga décerné au Fespaco.

C’était en 1976, même si depuis il a eu d’autres films : « Le prix de la liberté » ou encore « Badiaga ». Ils étaient nombreux à se lever hier de bonne heure à Ouagadougou pour vivre cet instant solennel, au pied du mythique monument vert et orange érigé en 1987 au centre de la capitale du cinéma africain. Parmi ce beau monde, le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala, Fritz Ntone Ntone, le maire de Douala 1er, Lengue Malapa, le maire de Ouagadougou, Armand Bewende, et des centaines de figures du 7e art africain et camerounais : Bassek Ba Kobhio, Jean-Pierre Bekolo, Jean-Marie Teno, Jean Roke Patoudem, Gérard Essomba…

Le dévoilement de la statue de Dikongue Pipa était précédé de la traditionnelle cérémonie de libation, organisée à chaque Fespaco pour rendre hommage à tous ceux qui ont tant fait pour le cinéma africain. Main dans la main, les invités ont exécuté en cercle une procession autour du monument des cinéastes. Des témoignages d’anciens ont ensuite rappelé à la jeune génération les victoires remportées et les défaites essuyées.

« Le Fespaco est né juste en face de ce lieu, au Centre culturel photovoltaïque », a révélé la Burkinabé Alimata Salambere, membre fondateur du Fespaco, intervenant à la suite d’un autre pionnier, l’Ivoirien Timité Bassori, pour souligner le symbolisme de cette place des cinéastes. Quand le voile blanc et le drapeau du Cameroun sont enfin levés de la forme de bronze, les applaudissements et les hourras se font entendre.

Dikongue Pipa est dans la mémoire. Un rêve que Marie Chris tine Whassom, présidente fondatrice de Cordia Prod, porteuse de ce projet, a su mener jusqu’au bout. Elle a déclaré : « Cela n’a pas été facile. Il nous a fallu deux ans de combat acharné. Nous voulions le faire pendant le cinquantenaire. Nous avons réussi, et je suis très fière. » Le cinéma camerounais l’est aussi

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category