Fecafoot- LFPC: bataille autour des arbitres

La rencontre Apejes-New Stars ne s’est pas disputée dimanche dernier au stade Omnisports de Yaoundé. Pourtant, les principaux acteurs étaient présents pour animer cette 5e journée de la Ligue 1 dans la poule A. Sauf que pour la même rencontre, les arbitres ont été désignés d’une part par la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) à travers la Commission centrale et d’autre part, par la Ligue de football professionnel du Cameroun (LFPC).

Face à cet imbroglio, le commissaire du match, René Joli Banoback, décidera que la rencontre ne se joue pas. Un clash qui n’est que l’aboutissement d’une querelle en gestation depuis quelques jours.

En effet, Benjamin Didier Banlock, le secrétaire général de la Fecafoot, informera par communiqué « les arbitres et arbitres assistants du championnat de la LFPC que seules les désignations faites par la commission centrale des arbitres doivent être prises en compte». Sous peine de faire face à une procédure disciplinaire.

Dans la foulée, le chargé d’études Henri Bertrand Mballa Owono, déclarera de son côté, par communiqué aussi, que «les programmations signées par le Sg de la LFPC, seul garant de l’organisation, de l’administration et de la gestion des compétitions de la ligue font foi ». D’où l’impasse. Or, depuis le 10 mai 2018, la Confédération africaine de football (CAF) a adressé une correspondance à la Fecafoot, rendu publique récemment seulement, pour exiger l’application de l’article 14 al.1 des statuts de la FIFA qui stipulent que : «chaque association doit disposer en son sein d’une commission, d’arbitrage qui lui est directement subordonnée ».

En outre, « l’organisation, les normes et le développement de l’arbitrage doivent être contrôlés exclusivement par la fédération et ne peuvent en aucun cas être supervisés ni contrôlés par d’autres instances tels que les ligues, les syndicats, les gouvernements », précise la correspondance.

C’est d’ailleurs pour cela qu’hier, en marge de la réunion de concertation relative aux salaires impayés des joueurs, le président de la Fecafoot, Seidou Mbombo Njoya a confié : « le plus grand défi est de faire respecter les textes. La nature a horreur du vide. Les gens ont pris de mauvaises habitudes. Les textes sont faits pour être respectés. Comptez sur moi, ils seront respectés».

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category