Eglise presbytérienne du Cameroun: près de 5 000 femmes prient pour la paix

Elles étaient réunies à Messamena dans la région de l’Est, du 27 février au 3 mars dernier.

Les vertus de la paix, de l’ordre et du vivre ensemble ont dominé les assises annuelles de l’Association chrétienne des femmes (Acf) de l’Eglise presbytérienne du Cameroun (Epc), qui se sont tenues du 27 février au 3 mars 2019. La paroisse Messamena Garizim Haut-Nyong- Est a ainsi accueilli près de 5,000 femmes venues des dix régions du pays et des invités. Le sous-préfet Désiré Abena Mvilongo, le maire Emmanuel Ambah et des élites ont accompagné ces dames dans leur volonté de donner leur voix à la construction d’une société camerounaise tournée vers son essor économique dans un contexte apaisé.

Tout s’est bien déroulé grâce au soutien et implication du comité technique d’organisation dirigé par le sénateur Benjamin Amama et ses membres, notamment Honoré Koumé, qui ont d’ailleurs été remerciés pour ce succès par les pasteurs et les femmes responsables.

Ces cinq jours de travaux, sorte de retraite spirituelle, ont donné l’occasion aux dames d’implorer la miséricorde et la grâce de Dieu, pour que le Cameroun demeure un ilot de paix. Le thème choisi - « l’ordre et la discipline : enjeux majeurs pour l’EPC », cadre avec l’actualité dans notre pays. « Notre objectif est que les enseignement que nous recevons ici puissent permettre à notre pays de vivre dans la paix, dans l’ordre et la discipline. Parce que l’ordre ce sont les textes établis ; la discipline, c’est mettre en oeuvre tous les textes, que ce soit au niveau de l’église ou de notre pays », a affirmé Germaine Edii, présidente nationale de l’ACF, invitant les femmes à l’action.

Les enseignements inspirés de la Bible et de la vie quotidienne ont également été dispensés aux participants, qui ont pris l’engagement d’être de nouvelles personnes promptes à impacter leur environnement, leur église et leur pays. Une marche pour la paix a été organisée dans les artères de la ville de Messamena. « Jésus mérite la première place dans l’Eglise. Nous disons toute notre compassion aux familles chrétiennes et non chrétiennes qui sont en souffrance dans le septentrion, le Nord-Ouest et le Sud- Ouest du fait des conflits.

Mais nous savons que le diable ne pourra pas être fort pendant longtemps. Nous savons que le Seigneur écoute nos prières et qu’ils les exhaucera », a déclaré Rév. Dr Jean François Avebe, l’aumônier national de l’EPC, au terme du culte de clôture. Il a ajouté : « Nous félicitons aussi ce que le président de la République prend comme dispositions pour ramener l’ordre et la discipline dans notre pays. Nous souhaitons que cela se fasse dans la convivialité et dans la joie pour que tous, nous nous sentions Camerounais, parce que c’est Dieu qui nous a mis ensemble.»

Le prochain institut national des responsables des femmes de l’EPC se tiendra en 2019, à la paroisse d’Edéa 1.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category