Société

Education de base: premiers salaires pour 3 000 contractuels

Ces instituteurs intégrés à la Fonction publique en 2018 sont au bout du processus d’insertion.

Les bâtiments du ministère de l’Education de base grouillent de monde ce mardi 12 mars 2019. A 8h, le service du fichier de la Direction des ressources humaines ressemble à une ruche d’abeilles. Ça entre et sort, ça se bouscule. « Nous sommes en train de distribuer les certificats de prise de service et les contrats des nouvelles recrues, contractualisées en 2018», explique Bertille Mekong, sous-directeur des personnels non fonctionnaires au Minedub.

Des rangs devant les fenêtres à gauche, d’autres rangs à droite, des personnes visiblement fatiguées sont assises. Les procédures qui ont débuté le 27 février dernier aboutiront au paiement des premiers salaires de ces enseignants avec l’appui financière du Partenariat mondial pour l’éducation (PME). Une première vague de 2147 instituteurs contractuels bénéficient des services de la première prise en charge.

Un ouf de soulagement pour ces pères et mères de familles qui, jadis sans salaires, jonglaient entre le métier d’enseignant et d’autres jobs, afin de joindre les deux bouts. C’est le cas de Pascal Mayabou, instituteur à l’école publique de Guirviza dans le Mayo-Louti, qui visiblement rassuré, sourire aux lèvres, explique que c’est désormais une nouvelle vie qui commence pour lui. « Pendant six longues années, nous étions gérés par les parents d’élèves.

Parfois on vous donnait 10.000 F par trimestre et du coup pour nourrir ma famille, il me fallait une activité complémentaire. D’où l’agriculture que je pratiquais», confie-t-il. Beaucoup sont venus dans ce métier par passion. Aujourd’hui, ils sont fiers du fruit de leur patience. Depuis le début des opérations, plusieurs régions ont déjà été traitées.

« Nous avons fait un planning de passage par région. Nous avons commencé par les régions du Centre et du Sud pour permettre à ceux qui sont dans les régions éloignées d’avoir le temps de s’apprêter pour venir ici », assure le sous-directeur des personnels non fonctionnaires, Bertille Mekong. Au bout de deux semaines de l’opération, neuf régions sont déjà passées.

Hier mardi, c’était le tour de la région de l’Extrême-Nord. Les retardataires des autres régions sont aussi reçus. L’occasion faisant le larron, une autre activité s’est développée dans les parages de l’Education de base. Des institutions bancaires ont effectivement installé leurs stands. Les instituteurs n’ayant pas de comptes bancaires sont prospectés pour en ouvrir.

Dame Angèle. F est joyeuse de remplir les formulaires. « J’ai reçu mon bon de caisse pour toucher mon premier salaire à la Trésorerie générale. Mais avec le compte que j’ouvre, j’aurais une carte bancaire avec laquelle je vais désormais toucher comme les autres fonctionnaires », se réjouit cette institutrice.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps