Elections des conseillers régionaux: ça se précise

Deux projets de loi, portant modification du Code électoral et fixant le nombre, la proportion et le régime des indemnités de ceux-ci ont été déposés à l’Assemblée nationale hier.

Les choses sont allées très vite hier matin au Palais de verre de Ngoa Ekellé avec le dépôt de deux nouveaux projets de loi. D’abord la conférence des présidents, sous la conduite de Hilarion Etong, premier vice-président de la chambre. Ici, la vingtaine de membres de l’instance a jugé recevable les deux projets de loi trans mis par le président de la République. Le premier vise à modifier et compléter certaines dispositions de la loi du 19 avril 2012 portant Code électoral. Le second texte quant à lui fixe le nombre, la proportion par catégorie et le régime des indemnités des conseillers régionaux.

L’acte 2 de cette matinée va se dérouler à l’hémicycle pour la séance plénière. Les travaux ici sont conduits par le Très honorable Cavaye Yeguié Djibril, président de l’Assemblée nationale. Sur le banc du gouvernement, on note la présence du ministre délégué à la présidence chargé des Relations avec les Assemblées, le Pr. François Bolvine Wakata. La chambre entière va donc prendre connaissance des deux textes. Au cours de la séance qui a duré environ une trentaine de minutes, le président de la chambre annonce que les deux textes vont être défendus dans les prochains jours devant la Commission des Lois constitutionnelles par le ministre de la Décentralisation et du Développement local.

Le temps pour les parlementaires de prendre connaissance du contenu des deux projets de loi, et l’examen en commission et même en plénière va se déclencher. Question, comme le précise l’exposé des motifs de l’un des textes, de donner un coup d’accélérateur à l’engagement du président de la République de voir la décentralisation franchir un nou veau palier dans notre pays et permettre ainsi l’amélioration du cadre de vie des populations à la base et le développement harmonieux de nos régions et répondre à l’aspiration des Camerounais de participer de manière accrue à la gestion des affaires locales. Ces deux textes, fautil le rappeler, devraient permettre de rendre opérationnelles, les dispositions de la loi n°2004/019 du 22 juillet 2004 fixant les règles applicables aux régions.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category