Emmanuel Fongang : le pari de la fraise

Avec sa sœur Jeanny Fongang, le diplomé en marketing a réussi à mettre sur pied cette culture à Bamenjou, dans le département des Hauts Plateaux, à l’Ouest.

Produire des fraises au Cameroun, c’est le défi que s’est donné Emmanuel Fongang.  Le jeune  doctorant en marketing s’est lancé depuis près d’un an dans cette culture qui est devenue son gagne-pain. Lui et sa sœur Jeanny Fongang, ont rêvé de tropicaliser la fraise, considérée comme propre à la culture occidentale. « Nous avons procédé à une étude de marché afin de déceler les produits agricoles prisés dans les grandes surfaces. Il se trouve que la fraise en est un. Or, la fraise, était très souvent indisponible dans les rayons, et se vendait à prix d’or, à cause de son caractère de produit importé. D’où le défi de produire et de commercialiser les fraises au Cameroun», relate Emmanuel Fongang.

L’idée prend corps, et Nso Ndang, quartier de Bamenjou dans le département des Hauts Plateaux, donne naissance au label « Les fraises de Nso Ndang ». Une localité choisie à dessein par le binôme: «Lorsque nous étudions les conditions dans lesquelles sont cultivées les fraises en Europe et en Amérique, nous constatons que les terres et le climat de Bamenjou  sont adéquats  pour cette culture», explique  le producteur. Aussi rouge, pulpeuse et sucrée que les fraises importées, la fraise de Nso Ndang  séduit peu à peu les papilles gustatives des Camerounais.

Conscients de l’importance d’un bon marketing pour ce genre de produit, ces entrepreneurs agricoles mettent sur pied une stratégie de commercialisation qui garantit au client un produit de qualité : « Mon frère assure le côté production et moi la commercialisation. Nous empaquetons nos fraises dans des barquettes de 250 g et les expédions vers Bafoussam, ensuite Douala par une agence de transport dotée d’un espace frigorifique. Une fois à Douala, je livre aux pâtissiers et à des  particuliers », explique Emmanuel Fongang. Bien qu’ils déplorent les moyens réduits dont ils disposent pour agrandir leur production, les Fongang nourrissent à la longue, le projet de transformation des fraises au Cameroun, notamment en vin et confiture.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category