'Il faut réglementer la coupe des arbres".

Mariatou Yap, directeur de la Protection civile au ministère de l’Administration territoriale.

Les catastrophes dues aux orages se multiplient dans nos villes et villages depuis quelques mois. Qu’est-ce qui justifie cela?

Les effets de changements climatiques qu’on observe de façon générale dans le monde en sont la cause. Et cela est exacerbé par les actions de l’homme sur l’environnement. Ces actions sont beaucoup plus marquées par la destruction de la nature qui se justifie par l’extension de nos habitats. Nos villes ne font que s’agrandir et cette extension évolue inversement avec la végétation. Parce que plus on construit, plus on détruit tout ce qui peut protéger la nature comme des arbres qui contribuent à réduire la vitesse des vents. Sans oublier la qualité des matériaux de construction qui a beaucoup diminué. Ces matériaux n’ont plus la même valeur d’il y a environ 20 ans. La qualité des tôles par exemple pose problème de nos jours. C’est pratiquement des petites feuilles d’aluminium très fines qui ne résistent pas au vent. Les normes de construction non plus ne sont pas respectées. Ceci parce que les gens investissent avec peu de financement. Le cas du supermarché Santa Lucia par exemple, le bâtiment est construit sur la ligne des vents et va difficilement résister lorsqu’il souffle fort. Comme si cela ne suffisait pas, le propriétaire est en train de faire des extensions vers le haut et c’est cette toiture qui s’est envolée.

Quelles sont les précautions à prendre face à ce genre de situation ?

Il faut réglementer la coupe des arbres. Les gens ne doivent plus les couper à volonté. Dans d’autres pays, pour abattre un arbre, il faut une autorisation. Pourtant au Cameroun on les coupe à volonté. C’est pourquoi, il faut adopter la politique du reboisement et le gouvernement doit être plus regardant sur les matériaux de construction vendus sur le territoire national. Ainsi, l’on gagnerait aussi à mettre sur place un certain nombre de stratégies pour le suivi dans le domaine de construction des bâtiments.

Qui paie la note des dégâts causés par ces catastrophes ?

Le gouvernement a le devoir d’assister les sinistrés qui sont sur son territoire. Car, il a le devoir de protéger les personnes, les biens et l’environnement sur son territoire. On devrait aussi réguler cette assistance. Celui qui construit ou s’expose par exemple dans une zone de catastrophe ne doit pas attendre de l’assistance. Après avoir sensibilisé les gens, il va falloir encadrer cette assistance. Il s’agit de voir qui la mérite vraiment pour en bénéfécier. Ce sera donc celui qui aura respecté les mesures de sauvegarde qui se fera assister de façon conséquente par l’Etat. Nous étions à Meyomessi par exemple samedi et dimanche où nous avons essayé d’apporter tout notre soutien aux populations ayant perdu leurs maisons entièrement ou partiellement.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category