Etat civil: 56 000 personnes sans acte de naissance

C’est le résultat d’une enquête menée en deux ans par le Bureau régional de l’état civil de l’Ouest.

Cinquante six mille cinq cent quatrevingt dixsept. C’est le nombre de personnes recensées par le Bureau régional de l’état civil (Bunec) de l’Ouest ne disposant pas d’actes de naissance dans six départements de la région, hormis le Haut-Nkam et le Ndé. Cette statistique a été obtenue à la suite de deux ans d’enquêtes menées par le Bunec Ouest sur le terrain à travers des fiches auprès des formations sanitaires, des tribunaux et des centres d’état civil. « Nous avons pris en compte le nombre de requêtes introduites dans les tribunaux de la région, au niveau des centres d’état civil et au niveau des organisations de la société civile. Toutes ces données nous ont permis d’avoir un chiffre de pratiquement 56 597 personnes sans acte.

Ce chiffre est très élevé compte tenu de la population de la région », précise Séraphine Kenko Ngankam, chef d’agence régionale du Bunec Ouest. Elle précise que les deux dépar tements les plus touchés sont le Noun avec 36 388 personnes sans acte et les Bamboutos avec plus de 14 000 personnes. Les raisons évoquées pour justifier cette situation sont, entre autres, l’ignorance des populations et le désintérêt des parents sur la question de l’obtention d’un acte de naissance.

« Plusieurs parents pensent que l’acte de naissance est réservé à un enfant qui doit aller à l’école. Et comme ils ont l’habitude de faire un choix pour celui qui ira ou non à l’école, vous avez donc beaucoup de femmes en âge de procréer dont les enfants ne peuvent pas disposer d’actes de naissance parce qu’elles-mêmes n’en ont pas», indique le chef d’agence Bunec Ouest. L’autre raison évoquée, notamment dans les Bamboutos est l’importance que les parents donnent aux travaux champêtres. Plusieurs parents pensent en effet qu’un enfant qui naît est une main d’œuvre qui va aider dans les travaux champêtres. Ils ne voient donc pas la nécessité de faire établir des actes de naissance à leurs enfants. 381 centres d’état civils existent dans la région de l’Ouest. 351 sont effectivement fonctionnels.

Les 30 non fonctionnels sont dus à des raisons de non existence ou de décès d’officiers ou de secrétaires d’état civil. Les textes sont muets sur le ratio centre d’état civil-population donnée mais, précise Séraphine Kenko Ngankam, « la politique gouverne mentale voudrait que les administrés n’aient pas de difficultés à se rendre dans un centre d’état civil. Ça signifie que chaque fois qu’on aura constaté que dans une circonscription administrative, il y a des difficultés de distance pour aller se faire établir un acte de naissance, l’administration trouvera le moyen de créer un centre d’état civil ».

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category