Coupe du monde de football féminin: le trophée arrive

Seidou Mbombo Njoya, président de la Fédération camerounaise de football.

Lancé dans un périple à travers le monde depuis le 24 février dernier, le trophée de la Coupe du monde de football féminin arrive à Yaoundé ce lundi soir, en provenance de Durban en Afrique du Sud. C’est la deuxième fois que ce trophée fait un arrêt au Cameroun après 2015, pour la première participation des Lionnes indomptables à la coupe du monde au Canada. Le Graal du football féminin sera officiellement présenté au public mardi à travers plusieurs manifestations auxquelles prendront part les autorités camerounaises, la Fecafoot et la FIFA. Gaëlle Enganamouit, attaquante des Lionnes indomptables, a été désignée comme ambassadrice par la FIFA pour l’occasion. Un moment que la Fecafoot, aux manettes de la cérémonie, entend marquer comme il se doit. Après l’Afrique du sud et le Cameroun, le trophée sera au Nigeria, l’autre représentant africain à la compétition, ce 11 avril. La tournée, entamée depuis un mois, concerne en effet les 24 pays qualifiés au Mondial prévu en France du 7 juin au 7 juillet prochain. 

 

Quelle symbolique pour le Cameroun qui accueille ce mardi le trophée du Mondial féminin?

La tournée du trophée de la coupe du monde féminine s’inscrit dans la même logique que celle de la coupe du monde des hommes, que le Cameroun a déjà eu l’occasion d’accueillir. Il s’agit principalement pour la FIFA d’assurer la promotion du football féminin. Pour l’instance faîtière du football mondial, le football féminin sera l’événement du 21ème siècle. On le voit déjà à travers l’engouement que procurent les rencontres, comme pendant la CAN 2016 organisée par le Cameroun. Le football féminin est devenu un phénomène mondial. Selon le président de la FIFA, Gianni Infantino, on attend au moins deux milliards de téléspectateurs pour la coupe du monde féminine en France. C’est donc un honneur pour notre pays d’être inscrit dans cette dynamique.

Comment la Fecafoot entend marquer le coup ?

Le trophée arrive au Cameroun le 8 avril et sera présenté au public le 9 avril. On aura d’abord une cérémonie protocolaire à l’hôtel Hilton, où les autorités camerounaises seront associées à la FECAFOOT pour le dévoilement du trophée. L’événement va par la suite se déporter au stade militaire de Yaoundé pour un moment de partage populaire à l’occasion d’un Grassroots, organisé avec la participation des jeunes filles sous l’encadrement de la direction technique nationale de la FECAFOOT. Avec en guest-star, la joueuse Gaëlle Enganamouit, parmi les meilleures des Lionnes indomptables. C’est une marque d’estime que la FIFA manifeste à l’égard du Cameroun pour ce qu’il représente aujourd’hui pour le football féminin mondial. Nous en sommes conscients, tout autant que nous observons toutes les attentions de l’instance faîtière à l’égard de la FECAFOOT depuis l’élection d’un nouvel exécutif. Nous sommes en effet bénéficiaires depuis lors de stages, de séminaires de renforcement des capacités, de lancement d’importants programmes comme la FIFA Foundation, etc. Cet événement est donc significatif pour nous et nous lui accordons toute l’importance qui sied.

La présence du trophée peutelle constituer un élément supplémentaire de motivation pour les Lionnes ?

C’est aussi un peu le but. Il s’agit de construire toute une ambition, tout un rêve pour une nation, un peuple et son équipe nationale. Ce trophée suscite des envies et même des vocations pour les plus jeunes, ceux qui doivent se préparer à conquérir les victoires de demain. En l’occurrence, la FIFA choisit les pays en compétition pour provoquer un effet positif sur les sélections nationales et les supporters. Le Cameroun est dans le trio de tête africain des meilleures nations de football féminin. Nos Lionnes indomptables sont une valeur sûre au niveau mondial. Elles ont déjà montré lors de la dernière coupe du monde tout le talent dont elles disposent, rassemblant toute une nation derrière elles. Le défi aujourd’hui est plus exaltant : elles doivent aller plus loin et continuer à nous faire rêver.

Comment le Cameroun peut-il tirer profit de cet événement pour le développement de son football féminin ?

La tournée du trophée de la coupe du monde féminine vient s’imbriquer dans la dynamique nationale de promotion du football féminin. Je l’ai dit plus haut, nous sommes l’une des meilleures nations de football féminin sur le continent africain et le foot féminin est l’événement de l’avenir. Nous y serons présents grâce aux actions de développement que nous avons engagées. Nous sommes un des rares pays en Afrique à organiser un championnat de football féminin de première et de deuxième divisions. Nous disposons d’un vivier, sans doute parmi les plus importants du continent, de joueuses professionnelles de qualité. Pour consolider tout ce potentiel et le développer, nous finançons le football féminin, au-delà même des quotas prescrits par la FIFA. Nous envisageons la mise sur pied d’une Ligue spécialisée du football féminin. En tout cas, le développement du football féminin est une priorité inscrite en bonne place dans mon programme. C’est une dynamique mondiale, nous devons être à la pointe de l’attaque.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category