Valery Ndongo et Oumar Manet: humour sans frontières

Les deux stars camerounaise et guinéenne du stand-up sont embarquées dans une tournée africaine initiée par l’Institut français. Troisième étape : Yaoundé, les 16 et 17 avril derniers.

Deux mois passés dans un « laboratoire » à Brazzaville, à concocter « Création croisée». Les humoristes Valery Ndongo du Cameroun et Oumar Manet de la Guinée sortent de leur résidence dans la capitale congolaise avec deux shows en un. « Moi, sans papiers » pour Valery, et « La femme parfaite » pour Oumar. Les 16 et 17 avril derniers devant les spectateurs de l’Institut français du Cameroun antenne de Yaoundé, les deux hommes ont publié les grandes lignes de leur one man show.

Mardi, Valery Ndongo a ouvert le passage. Une scène de près d’une heure et demie, pour rentrer dans les dédales et déboires de la vie de sans-papiers. Si tout au long de son spectacle l’artiste est resté centré sur la définition première de cette expression, indiquant même des techniques de survie pour les clandestins en Europe et, surprise, pour des Européens en situation d’irrégularité en Afrique, il est vite devenu évident que « sans-papiers » avait une double connotation.

En retirant le couvercle de son imaginaire afin d’y jeter un autre regard, on se rend vite compte que les feuilles, le blé, les sous, l’argent, bref le « papier » quoi, est une fois encore le nerf de la guerre. Ou plutôt le nerf de Ndongo. Les riches se retrouvent opposés aux pauvres, dans un tableau fourni de colonnes comparatives : la prière, le deuil, la malchance… Rien n’est pareil des deux côtés de la barrière. Au final, du rire, et même des éclats. Mention bien pour Valery Ndongo, qui d’une phrase à l’autre, a su faire jaillir, mais surtout préserver la joie de son audience. Mercredi, Oumar Manet va tenter de tenir la distance. Son show d’une quarantaine de minutes est loin de construire le personnage de « La femme parfaite » comme annoncé.

Car pour l’humoriste guinéen, les femmes sont tout sauf parfaites. A tel point qu’il les remplace par des poupées gonflables… Manet associe l’actualité très controversée de ces objets ayant rencontré un succès inattendu à ce vaste champ de sujets abordés dans son projet orchestré autour des mères, des petites sœurs, et bien sûr des conjointes. La rencontre entre les deux hommes qui se lancent à présent dans une série régionale de spectacles, se fait en 2012 au Festival international du théâtre du Bénin (Fitheb).

Manet vient alors régulièrement au Cameroun suivre des formations au sein de l’académie panafricaine du stand-up créée en 2009 Valery Ndongo. La tournée lancée le 15 mars dernier à Brazzaville (Congo), puis le 12 avril à Cotonou (Bénin), est passée par Yaoundé (les 16 et 17 avril), Bamako au Mali le 19 avril, Conakry en Guinée le 3 mai et Lomé au Togo le 11 mai. Elle va s’achever à Douala le 16 mai prochain.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category