Extrême Nord: la culture Massa célébrée

avatar

La 7e édition du Tokna Massana s’est tenue à Yagoua dans le Mayo-Danay, du 29 mars au 7 avril dernier.

Le festival international des arts et de la culture Massa (Tokna Massana) a été parrainé et présidé par le ministre des Arts et de la Culture, Bidoung Mkpatt. Il était alors entouré de plusieurs membres du gouvernement du Tchad et du Cameroun, du président du Conseil économique et social Luc Ayang, des gouverneurs de l’Extrême-Nord (Cameroun) et du Mayo-Kébi-Est au Tchad. Le peuple Massa a donné à voir en produisant des belles performances artistiques à partir de son génie créateur. En démontrant que sa culture est bien vivante, cette communauté des deux rives du Logone a fait savoir qu’elle sert de ciment d’unité pour l’intégration sous régionale.

Dans la logique d’évolution, le Tokna Massana passe à un niveau d’exigence plus grand pour approfondir la réflexion sur la recherche, l’entrepre neuriat, l’entraide et la lutte contre certains fléaux sociaux. Pour relever le défi, il a subi une mutation profonde dans ses textes de base pour créer quatre organes : l’institut du peuple Massa (Upm) chargé d’encadrer trois autres entités que sont l’académie du peuple Massa, l’office d’organisation du festival des arts et de la culture Massa et le fonds de solidarité de peuple Massa. « Il faut penser à l’éducation, à l’agriculture, à l’économie pour que le peuple trouve son compte. C’est en cela que se trouve la plus-value de cette réforme », explique Jean Gaoussoumou, président du comité de supervision générale du Tokna Massana.

En ouvrant cette 7e édition, le ministre Bidoung Mkpatt n’a pas tari d’éloges à l’endroit des organisateurs. Il a annoncé que l’inventaire général du patrimoine culturel, matériel et immatériel initié par son département a déjà cou vert sept régions du Cameroun et se déploiera cette année sur les régions du Nord et de l’Extrême-Nord. « Il appartient à l’Etat d’identifier, de recenser les différents biens et éléments de nos régions qui constituent le patrimoine culturel et naturel », précise le Minac. C’est sur une note de satisfaction que les différentes délégations se sont séparées le 7 avril 2019. Rendez-vous pris pour 2021 dans la ville de Bongor au Tchad.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category