Dénucléarisation de la péninsule coréenne: Moscou pour l’application du droit international

Au cours d’une rencontre hier à Vladivostok avec son homologue nordcoréen, Kim Jong-un, Vladimir Poutine s’est dit opposé à l’usage de la force pour résoudre la crise actuelle dans cette partie du monde.

L’axe Moscou-Pyongyang se réchauffe à nouveau avec la rencontre hier à Vladivostok dans l’Extrême-Orient russe entre les présidents russe et nord-coréen. Arrivé mercredi à bord de son train blindé, Kim Jong-un a été accueilli par Vladimir Poutine. Les deux hommes qui se rencontraient pour la toute première fois ont mis à profit les deux heures de tête-à-tête pour échanger sur le programme de dénucléarisation de la péninsule coréenne, objet des dissensions et des tensions entre Washington et Pyongyang.

Remerciant son hôte pour ce «très bon moment», le président nord-coréen s’est dit honoré des entretiens avec son homologue. « Nous venons d’avoir un échange d’opinions très substantiel sur des questions qui nous intéressent mutuellement», a souligné Kim Jong-un. Côté russe, l’on se dit favorable à l’application du droit international sur la question. «Le plus important est de restaurer la force du droit international et de revenir à une situation où le droit international, et non pas le droit du plus fort, détermine le cours des affaires dans le monde (…) La Corée du Nord a besoin de garanties sur sa sécurité et sa souveraineté », a indiqué Vladimir Poutine.

Au-delà d’une simple visite dominée par les questions géostratégiques, ce sommet qui intervient après celui de 2011 entre les présidents Dmitri Medvedev et Kim Jong-il a permis aux deux leaders d’évoquer, dès leur premier contact mercredi soir, d’autres sujets d’intérêt commun de leur coopération bilatérale. «Je suis sûr que votre visite aujourd'hui en Russie nous aidera à mieux comprendre par quels moyens nous pouvons résoudre la situation sur la péninsule coréenne, et ce que la Russie peut faire pour soutenir les tendances positives qui ont lieu actuellement.

Sur le plan bilatéral, nous avons beaucoup à faire pour développer nos relations économiques », a lâché le chef de l’Etat russe à son homologue nord-coréen. «Je pense que cette rencontre sera très utile pour développer les liens historiques entre les deux pays qui ont une longue amitié, en une relation plus stable et solide », a réagi Kim Jongun. La rencontre d’hier intervient deux mois après l’échec des pourparlers à Hanoï sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne entre les présidents Donald Trump et Kim Jong-un.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category