Politiques publiques: place au nouveau programme de recherche

La premère édition en Afrique subsaharienne du programme « école d’été internationale de politique publique » a été lancée le 22 avril 2019 à l'Institut des relations internationales du Cameroun.

La première édition s’est tenue du 22 avril  au 27 avril 2019 à Yaoundé et Kribi. Les professeurs et chercheurs de grande renommée ont partagé leurs expériences en vue de  participer au développement de la recherche scientifique dans le champ des politiques  publiques en Afrique.

C’est en terre camerounaise que la première édition du programme « l’Ecole d’été internationale de politique publique » a été lancé le 22 avril 2019 à Yaoundé. Organisée pour la première fois en Afrique subsaharienne, cette édition qui s’est tenue à l’Institut des relations internationales du Cameroun  a réuni pendant une semaine, une trentaine de participants et de chercheurs intéressés par les politiques publiques, venus d’Europe, d’Afrique et d’Asie. Ce programme ambitionne d’améliorer la recherche à travers des conseils et des enseignements sur les théories, concepts et les méthodologies en politiques publiques. Un événement que l’Iric a co-organisé avec l’Association internationale des politiques publiques et le Centre africain de formation et de recherche administrative pour le développement.
Au cours de la cérémonie d’ouverture présidée par  le vice-recteur chargé de la recherche et de la coopération avec les entreprises à l’université de Yaoundé II, le Pr Mol Nang en présence du Pr Jean Daniel Aba, inspecteur des affaires académiques, représentant du ministre d’Etat, ministre de l’Enseignement supérieur, le Pr. Salomon Eheth, directeur de l’Iric n’a pas caché sa satisfaction en remerciant les organisateurs. D’après lui, ce concept participe du développement de la recherche scientifique dans le champ des politiques publiques en Afrique, de la modernisation des Etats et la diffusion des connaissances nouvelles dans ce domaine. A sa suite, le directeur général du Cafrad, le Dr. Stéphane Monney Mouandjo a rassuré que l’institution qu’il dirige, dans sa vocation nouvelle, va continuer non seulement d’accompagner les Etats dans les réformes de leurs administrations mais aussi les aider à construire et reconstruire leur mode de penser qui se veut authentique et universelle. Ceci à partir des échanges d’expériences rigoureuses. « L’Afrique ne peut plus être le réceptacle passif des systèmes de pensée qui ne sont pas les siens parce que la gouvernance publique responsable s’inscrit dans la démarche du renouveau de la pensée », a indiqué le Dg du Cafrad. D’où la nécessité pour les chercheurs africains à s’enrichir via les séminaires et écoles thématiques pour échanger avec les professeurs reconnus.
Et le Pr. Mol Nang de se réjouir de ce que les internationalistes de l’Iric aient ramené l’été sous les tropiques. Surtout en ce moment où le Cameroun doit relever plusieurs défis avec en prime celui de l’émergence puisque les mutations nombreuses exigent une lisibilité des actions du gouvernement. Les travaux qui se sont poursuivis à Kribi ont pris fin le 25 avril. Au milieu des vagues, la crème des experts a rempli cette bouteille de connaissances sur les politiques publiques pour la jeter à la mer afin qu’elle soit partagée partout dans le monde.

 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category