Groupe alucam : debout malgré les turbulences

Constat fait hier par le ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique en visite de travail à Edéa.

« Merci et bravo pour ce que nous avons vu. Félicitations pour le professionnalisme avec lequel vous conservez ce trésor national ». C'est par ces propos d'encouragement que le ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique (Minmidt), Gabriel Dodo Ndoke, s’est adressé hier au directeur général du groupe Alucam, Alain Malong, et à ses collaborateurs après la visite de l'usine.

Une visite qui a conduit le Minmidt et sa suite dans les différentes sections de l'entreprise. Notamment la sous-station où l'énergie électrique est transformée, l'électrolyse, la Socatral... Ici, difficile d'imaginer que ce géant industriel de l'Afrique centrale traverse une zone de turbulences. Les machines tournent à plein régime, le personnel travaille avec ardeur. 

À en croire les responsables de l'entreprise, plusieurs raisons expliquent la crise qui secoue Alucam. Le déficit électrique ayant précédé la mise en service du barrage de Lom-Pangar a considérablement affaibli Alucam.

Une situation qui a amené la direction générale à initier des actions fortes en 2015 pour maintenir et pérenniser l'entreprise. L'embellie qui a suivi a été stoppée par une rupture dans la fourniture de l'énergie électrique durant sept heures, ce qui a eu un important impact économique. Une crise qui, selon les responsables de l'entreprise, a fragilisé le climat social, le personnel étant devenu inquiet et perplexe quant à l’avenir d'Alucam.

Cette visite de travail du Minmidt est donc arrivée à point nommé. Des réflexions techniques ont été engagées par les services techniques du Minmidt, en collaboration avec les responsables d'Alucam. Cette descente marque aussi une étape importante dans le processus d'élaboration des stratégies visant à sauver ce fleuron de l’industrie nationale.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category