Droits de l’Homme au Cameroun: Michelle Bachelet prends le pouls

avatar
avatar

La haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’Homme s’est entretenue avec plusieurs membres du gouvernement hier à Yaoundé. Au menu, la situation dans les zones en crise

Arrivée à Yaoundé mercredi soir, Michelle Bachelet a immédiatement entamé des entretiens avec les membres du gouvernement. Dès l’aéroport, elle s’est entretenue avec le Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute. La Haut-commissaire des Nations unies pour les droits de l’Homme effectue une visite officielle sur invi tation du président de la République, Paul Biya. Elle vient s’enquérir de la situation des droits de l’Homme au Cameroun, en proie à des conflits internes et hors de ses frontières.

Hier, Michelle Bachelet a entamé son séjour par une tournée dans quelques départements ministériels, pour en savoir davantage sur l’état des droits de l’Homme en fonction des domaines respectifs. Première halte au ministère de la Promotion de la Femme et de la famille où elle s’est entretenue avec Marie-Thérèse Abena Ondoa. La délégation s’est ensuite ébranlée vers le ministère des Relations extérieures.

Pendant plus d’une heure, le ministre Lejeune Mbella Mbella a édifié Michelle Bachelet et sa suite sur la situation dans la région de l’Extrême-Nord victime des attaques de la secte terroriste Boko Haram, les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest vivant une crise sociopolitique, avec des déplacés internes et des réfugiés dus à des crises dans des pays voisins.

Plus tard dans l’après-midi, Michelle Bachelet a eu un entretien à huis-clos avec le ministre d’Etat, ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Laurent Esso. Avant de se rendre immédiatement après, au cabinet de Paul Atanga Nji, ministre de l’Administration territoriale.

La tournée de cette première journée a été bouclée au ministère de la Défense où la haut-commissaire s’est entretenue avec le ministre Joseph Beti Assomo, en présence de ses collabo rateurs. En effet, la situation dans les différentes régions du Cameroun et dans la sousrégion est à l’origine d’un afflux de réfugiés et un accroissement des déplacés internes.

Au 31 mars 2019, le haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés au Cameroun (HCR) évalue à 386 487 le nombre de réfugiés au Cameroun. Ils viennent d’une dizaine de pays dont la République centrafricaine, le Nigéria, le Tchad et le Rwanda.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category