Financement des coopératives: les mécanismes vulgarisés à Obala

Une réunion de sensibilisation des agriculteurs organisée par le Projet d’investissement et de développement des marchés agricoles à l’archevêché de la ville, jeudi dernier.

Disposer de terre est une chose, mais pouvoir en ressortir une entreprise en est une autre. Une réalité que les jeunes agriculteurs de l’arrondissement d’Obala expérimentent régulièrement.   En effet, créer et conduire une coopérative agricole nécessite des fonds et une expertise non maitrisée par de nombreux agriculteurs. Spécialiste de la question, le Projet d’investissement et de développement des marchés agricoles (PIDMA) s’est déployé dans la ville jeudi dernier, sous la supervision du coordonnateur national, Thomas Ngue Bissa et en présence de l’évêque d’Obala, Mgr Sosthène Bayemi. Objectif, sensibiliser les agriculteurs dont les jeunes de  l’arrondissement d’Obala, sur les modalités de financement des sous-projets productifs du PIDMA. Le processus de création  et le mécanisme de financement des coopératives agricoles ont également été expliqués aux jeunes agriculteurs.
On a appris que ledit mécanisme se résume en quatre principales phases : la présélection des coopératives, la préparation, soumission et approbation du sous-projet, la mise en place des financements et la mise en œuvre, suivi et évaluation du projet. Des réserves ont été émises par les participants quant à la transparence du processus d’immatriculation des coopératives et les dispositions financières. En réponse, Thomas Ngué Bissa a annoncé: « Nous avons demandé au diocèse d’Obala de réunir les jeunes en coopératives pour qu’on puisse les former et leur donner des semences gratuites pour pouvoir créer des champs de grandes surfaces d’ici 2017 »
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie