Aéroports: comment garantir la sécurité

Le Comité national de prévention du risque aviaire et animalier est en quête de solutions pour en finir avec l’infiltration des oiseaux et des animaux sur et à proximité immédiate des aérodromes. La percussion entre un oiseau et un avion peut causer des d

Le Comité national de prévention du risque aviaire et animalier est en quête de solutions pour en finir avec l’infiltration des oiseaux et des animaux sur et à proximité immédiate des aérodromes. La percussion entre un oiseau et un avion peut causer des dommages à celui-ci, allant jusqu’aux personnes et pour les membres de cette instance dont fait partie l’Autorité aéronautique du Cameroun (CCAA), il est question d’éviter que de tels incidents ne soient enregistrés au pays.

C’est sans aucun doute dans cette logique que le sujet était sur la table hier à Nsimalen, lors des travaux de la deuxième session dudit Comité, dont la présidence est assurée par le ministre des Transports.

En ouvrant la séance, Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe, ministre des transports a d’emblée indiqué que les aéroports sont désormais confrontés à une nouvelle exigence internationale et nationale qui est la certification. Celle-ci trouve son fondement dans la maîtrise des risques qui doit en permanence faire partie des préoccupations des professionnels œuvrant dans les aéroports. « C’est dont dans ce contexte de plus en plus contraignant, exigeant et en perpétuelle mutation que doivent évoluer nos aéroports », a martelé le ministre.

Mais le chemin pour parvenir à la maîtrise des risques semble long. « Nous avons un nombre impressionnant de problèmes que nous rencontrons aujourd’hui dans nos aéroports. Notamment l’envahissement des espaces aéroportuaires par des populations riveraines. Nous avons de plus en plus la présence des champs.

Ce qui entraîne l’arrivée des oiseaux et des animaux qui déambulent autour de l’aéroport », a déploré le ministre. Pour lui, il est question de tout mettre en œuvre pour permettre à nos aéroports de bénéficier de la certification et que celle-ci passe par le bon fonc tionnement au niveau de l’organisation et de l’équipement des aéroports. Il était également question pour cet organe, d’évaluer le chemin parcouru par le Comité depuis sa mise sur pied en 2017 et de faire le point sur la feuille de route élaborée en 2018.

Les assises de Nsimalen se déroulaient en présence de plusieurs personnalités aux premiers rangs desquelles, Paule Avomo Assoumou Epse Koki, directeur général de la CCAA.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category