Lions indomptables: le signal d’alerte

Après sa dernière prestation, il apparaît qu’il y a encore des lacunes à combler au sein de la sélection nationale.

Les signaux ne sont pas encore au rouge. Mais, au lendemain de la performance des Lions indomptables face à la Zambie samedi dernier à Limbé (1-1), il n’est pas inutile de marquer un temps d’arrêt. Question de se demander s’il y a lieu de s’inquiéter ou pas pour cette équipe qui dispute dans moins de deux mois la Coupe d’Afrique des nations Gabon 2017. C’est qu’au lendemain du match nul contre l’Algérie (1-1), l’heure était à l’auto-satisfaction. Mais l’espoir suscité après cette rencontre n’a pas été confirmé samedi dernier et le Cameroun n’a pas beaucoup avancé au classement de la poule alors qu’il espérait maximiser ses points à domicile. Heureusement, il reste un peu de temps à Hugo Broos pour revoir son équipe et en faire une sélection compétitive. Et puis, d’ici la 3e journée des éliminatoires du Mondial 2018, des choses peuvent se passer et les Lions peuvent se satisfaire de n’avoir perdu aucun de ses deux matchs. Même si des lacunes sont visibles.
Le jeu 
Au cours du match Cameroun-Zambie, on a vraiment eu de la peine pour ces Lions incapables de construire du jeu. Combien d’actions ont-elles été pensées ? Ce souci majeur ne date certainement pas de l’ère Hugo Broos qui doit bien pouvoir trouver une solution pour y remédier. Il faut remonter au match amical contre la France en mai dernier, pour avoir un peu de cohésion dans le jeu camerounais, malgré la défaite (3-2). 
Le leader
Les Lions indomptables se cherchent toujours l’homme providentiel, celui capable de prendre le jeu à son compte, de changer le cours d’un match fermé d’un exploit individuel. Ne parlons pas de Messi ou de Ronaldo. Mais à côté de nous, le Gabon dispose d’Aubameyang, la Côte d’Ivoire pouvait compter sur Yaya Touré, l’Algérie sur Mahrez. Benjamin Moukandjo semble avoir les épaules trop frêles pour ça. Quant aux joueurs « cadres » comme Nkoulou ou Chedjou, ils répondent aux abonnés absents.
Le casting
C’est difficile à reconnaître mais le Cameroun dispose de joueurs moyens depuis quelques années. On veut vraiment croire que Hugo Broos fait ce qu’il peut avec ce qu’il a sous la main. Mais pourquoi titulariser de Moukandjo et Clinton Njie, qui reviennent de blessure ? Pourquoi laisser un Mandjeck en jambes avec le FC Metz sur le banc ? Tous les compartiments de jeu sont à la peine. Si Fabrice Ondoa, le gardien, est un des rares joueurs à sortir du lot, c’est bien parce qu’il rattrape les égarements d’une défense attentiste, souvent prise de vitesse et peu concernée. Et qui semble pourtant inamovible. On garde toutefois l’espoir avec certains joueurs comme Djoum ou Bassogog qui ont montré qu’ils disposent d’un potentiel exploitable.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie