Claire Carole Sandja : sa vie, c’est du gâteau

Grâce à son atelier pour gâteaux, la jeune dame veut révolutionner la filière pâtisserie au Cameroun.

Elle l’a appris grâce à des tutoriels, pourtant, Claire Carole Sandja rivalise d’adresse avec des maîtres pâtissiers reconnus. Dès l’âge de 13 ans, habituée à voir des gâteaux décorés à l’occasion des anniversaires ou des mariages, elle s’éprend pour ces créations. « La décoration est si belle que je n’ai jamais aimé voir lorsqu’on coupe un gâteau à table. J’ai donc voulu savoir comment elle se réalise », relate la jeune dame, la trentaine entamée.

Avec la démocratisation des réseaux sociaux, elle découvre YouTube et depuis lors, elle ne s’en sépare plus. « En visionnant des tutoriels, j’ai découvert au-delà de la pâtisserie classique, un côté artistique qui m’a séduit. J’ai donc décidé d’imiter des maîtres pâtissiers qui y présentent leurs réalisations », explique Claire Carole Sandja. 

A force de s’exercer, ses gâteaux conquièrent le cœur de ses proches, et bientôt elle projette la commercialisation. « Mes premières commandes sont venues de mes camarades et voisins qui à leur tour m’ont introduite auprès de leurs proches. Cela m’a permis d’avoir un peu d’argent de poche », indique-t-elle. Au fil du temps, sa clientèle croît et lui donne des idées. 

Titulaire d’une licence en tourisme et gestion des entreprises, elle décide de changer sa trajectoire, et se lance dans la pâtisserie professionnelle. La boutique « Delicious Clarita » voit alors le jour à Yaoundé en 2014. Au quotidien, avec ses 13 employés, elle doit satisfaire ses clients. Son génie créateur est alors mis à contribution.

Avec de la pâte à sucre, et de la crème pâtissière, elle représente des gâteaux en sac, visage, chemise, stade, ballon de football, bande desinée, super héros, etc. À propos, elle explique : « Chaque commande est un challenge, mais aussi une occasion d’apprendre davantage. Tout gâteau doit à la fois être beau et bon ».

 Malgré sa passion pour cet art, tout n’est pas facile. « Tous nos ustensiles et produits de décoration sont importés et très souvent indisponible », se plaint la pâtissière. Toutefois, elle chérit un rêve, celui d’ouvrir une maison de design pour gâteaux et organiser une foire au gâteau. « Il nous faut des évènements et lieux de promotion de la pâtisserie au Cameroun. C’est une filière en pleine expansion », lance-t-elle. Dame Sandjo, à part des gâteaux et des pièces 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category