Retraite aux flambeaux : l’unité nationale brille de mille feux

Les jeunes du Mfoundi ont réitéré leur attachement à une nation unie et indivisible le 19 mai dernier.

La tradition a été respectée ce 19 mai, veille de la célébration de la fête de l’Unité nationale. A 20h, comme un essaim d’abeilles, 3 500 élèves issus des sept arrondissements du Mfoundi, en rangs serrés et chandeliers en bambous portés haut pour faire résonner l’Unité nationale. Au cœur de cette procession, des déplacés internes issus du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Cette marée humaine brandit le flambeau, marche avec fierté et se noie dans la chaude ambiance, autour du préfet du département, Jean Claude Tsila, au rond point de la Poste centrale de Yaoundé. Tambours battants et clairons sonnants, des chants patriotiques lors de la traditionnelle retraite aux flambeaux, rencontrent l’adhésion des populations en liesse. Beau présage de la célébration, le lendemain.

Pour le préfet du Mfoundi, il s’agit d’exalter l’unité du peuple camerounais dans sa diversité. Jean Claude Tsila y voit également « un moment de brassage de plusieurs ethnies animé par un idéal commun : la paix et la prospérité du Cameroun ». Alvine Mbarga, élève dans un collège de la place, exprime un engouement enviable. « C’est un honneur de participer à la fête de l’unité nationale. Nous nous sommes mobilisés ainsi pour dire que le Cameroun est un et indivisible et que nous soutenons le vivre ensemble. Nous voulons aussi dire notre engagement pour la paix dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest en proie aux exactions séparatistes », confie l’élève. Comme pour toutes retrouvailles chaleureuses, la séparation fut un peu triste.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category