RCA: une vision clairvoyante

Rien ne dit que les incidents du mois d’octobre n’ont pas poussé  le président centrafricain, Faustin Archange Toudéra, à redescendre sur le terrain. Les incidents qui se sont soldés par des morts  montrent  que  la République centrafricaine (RCA) n’a  pas encore été entièrement  sécurisée.
 Certes, ces dérapages   sont différents des exactions à grande échelle perpétrées par la Séléka après sa prise du pouvoir en 2013 dans le sillage  de la chute du président François Bozizé. De même, ces glissements  n’ont aucune commune mesure avec les excès des milices anti-balaka  qui avaient été formés à la suite de la Séléka et qui avaient plongé le pays dans une spirale de tueries intercommunautaires. Ce nouveau regain de violence suscite néanmoins des inquiétudes. Parce qu’il montre que des armes circulent toujours et  que des groupes armés peinent toujours à se soumettre au processus de Désarmement, démobilisation, réinsertion(DDR) initié par le chef de l’Etat centrafricain avec l’appui de la Mission multidimensionnelle des Nations unies pour la stabilisation de la Centrafrique (MINUSCA). L’une  des bandes armées réfractaires au DDR est le groupe d’auto-défense 50 /50.  Prétendant être l’une des factions héritières de la Séléka  et croyant agir en légitime défense contre les anti-balaka,  ce groupe revendique la parité des droits pour la minorité musulmane qui représente 15 à 20 % de la population centrafricaine, avant de se soumettre au DDR .Du côté des anciens anti-balaka , ce genre de propos est aussi tenu .
 Ayant bâti sa gouvernance sur la réconciliation nationale, la paix et la reconstruction, le président Faustin Archange Touadéra estime à juste titre que ceux qui ramaient encore à contre-courant doivent changer de cap pour se conformer au sens de la marche de la RCA qui se reconstruit dans l’union des cœurs et des esprits. Tel est le fondement de sa vision. C’est aussi  le sens de sa récente tournée africaine et le but de son déplacement à Bruxelles. De ce point de vue, la conférence des donateurs de ce jeudi 17 novembre à Bruxelles et celle de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale du 30 novembre prochain sont  déterminantes dans le processus de consolidation de la paix et de la reconstruction centrafricaines.                
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie